Santé

L’eau pour le lavage des mains dans les bidonvilles essentielle pour empêcher la propagation du Coronavirus-COVID-19

L’ONU alerte

Témoignages.re / 24 mars 2020

Dans les bidonvilles et plus largement dans les villes des pays en développement, l’eau du robinet est un luxe et la plupart des personnes doivent aller chercher l’eau à une fontaine publique ou dans un puit. ONU-Habitat alerte sur le manque de possibilité de se laver les mains dans ces conditions, alors que le lavage des mains est un geste barrière au coronavirus.

JPEG - 95 ko

« Nous n’avons pas assez d’eau pour boire et faire cuire nos aliments, alors où trouverons-nous de l’eau pour nous laver les mains fréquemment ? » Ce fut la réaction d’Anna Nyokabi, une résidente de Kibera, l’un des plus grands bidonvilles de Nairobi, lorsque le premier cas confirmé de COVID-19 au Kenya a été annoncé au début du mois. Anna est une mère célibataire de sept enfants qui vit comme nourrice dans une banlieue aisée voisine.

Le lavage régulier des mains au savon et à l’eau courante est recommandé par l’Organisation mondiale de la santé comme l’un des meilleurs moyens de prévenir la propagation du COVID-19. Cependant, il est difficile pour Anna et ses voisins de mettre cela en pratique en raison du manque d’eau dans les bidonvilles. Les points d’eau, lorsqu’ils sont disponibles, ne se trouvent qu’à certains endroits et sont encore plus difficiles d’accès lorsqu’il existe des restrictions de mouvement pour prévenir ou contenir une épidémie de COVID-19.

Rester à la maison pas une option

Il y a un risque élevé que les impacts de COVID-19 sur les pauvres urbains vivant dans des bidonvilles tels que Kibera soient considérablement plus élevés que dans d’autres régions, car le maintien de la distance sociale et l’application de l’auto-isolement sont extrêmement difficiles dans les zones surpeuplées.
Les résidents vivent souvent au jour le jour et rester à la maison n’est souvent pas une option.
« La plupart d’entre nous sont des travailleurs occasionnels ou dirigent de petites entreprises. Nous devons quitter nos maisons pour nourrir nos familles. », Ajoute Anna.

4 mesures proposées

Pour empêcher la propagation du COVID-19 dans les bidonvilles et les établissements informels, la famille des Nations Unies sous la direction d’ONU-Eau, des gouvernements nationaux et locaux, des organisations de la société civile, des groupes de femmes et de jeunes et des dirigeants communautaires envisage les mesures suivantes :

 1. Soutenir les prestataires de services d’eau et d’assainissement par le biais de la Global Water Operators Partnership Alliance (GWOPA), un réseau mondial dirigé par ONU-Habitat de prestataires de services d’eau et d’assainissement qui se soutiennent mutuellement sans but lucratif. Les prestataires de services d’eau et d’assainissement (petits prestataires, services publics et autorités locales) contribuent à freiner la propagation du COVID-19 dans les quartiers informels. Le réseau mondial GWOPA peut fournir des conseils techniques, une formation en ligne et un soutien au renforcement des capacités, y compris le partage de matériels d’information, d’outils et d’apprentissage actif entre les services publics sur les réponses à COVID-19. Les services publics peuvent être encouragés à maintenir la continuité des services d’eau et d’assainissement et à garantir que l’abordabilité n’est pas un obstacle à l’accès pour les pauvres des villes.

 2. Mettre en place de l’eau potable et des installations de lavage des mains d’urgence dans des endroits clés des établissements informels et des lieux publics à haute densité. Cela implique d’assurer la préparation aux situations d’urgence en fournissant des réservoirs d’eau, des bornes-fontaines, des installations de lavage des mains et des désinfectants ainsi que des messages d’hygiène, en particulier dans les zones surpeuplées telles que les marchés, les gares ferroviaire et routière.

 3. Mobiliser activement les dirigeants et les groupes communautaires par le biais des réseaux de bidonvilles, des centres de jeunes et des réseaux existants pour former des volontaires communautaires, mettre en place et gérer des installations de lavage des mains et mener des campagnes de sensibilisation et de sensibilisation, notamment en diffusant des messages liés au COVID sur le lavage des mains.

 4. Donner la priorité aux personnes âgées et aux personnes vivant avec des problèmes de santé chroniques qui sont les plus vulnérables aux effets du COVID-19 dans l’approvisionnement en eau et l’assainissement.