Santé

L’inévitable mutation de la COVID-19 : l’inconnue face aux variants du coronavirus

Alors que les campagnes de vaccination commencent

Manuel Marchal / 20 janvier 2021

Il était clair que le virus de la COVID-19 allait muter pour être plus contagieux. Le précédent d’Ebola rappelle que cette évolution s’accompagne d’un plus faible taux de mortalité ce qui s’est vérifié dans une région du monde où la médecine traditionnelle est pleinement reconnue, l’Afrique de l’Ouest. Mais dans les pays où le modèle est la société de consommation à l’occidentale, avec l’oubli des connaissances traditionnelles en matière de prévention des épidémies, même un affaiblissement de la dangerosité des variants par rapport à la COVID-19 originale fait craindre l’amplification de la catastrophe sanitaire alors que les premières vaccinations viennent à peine de commencer.

JPEG - 50.4 ko

« L’Organisation mondiale de la santé a estimé, mardi, à 60 le nombre de pays et territoires dans lesquels le variant britannique du coronavirus était présent la semaine dernière.
Le variant britannique du Covid-19 continue de se répandre à travers le monde et était présent la semaine dernière dans 60 pays et territoires, soit 10 de plus qu’au 12 janvier, a indiqué, mercredi 20 janvier, l’Organisation mondiale de la santé.
Le variant sud-africain qui, comme le britannique, est beaucoup plus contagieux que ne l’était le virus SARS-CoV-2 originellement, se diffuse lui plus lentement et est présent dans 23 pays et territoires, soit trois de plus qu’au 12 janvier, précise l’OMS dans sa revue épidémiologique hebdomadaire. », c’est ce qu’indique France 24 au sujet de la dernière conférence de presse de l’OMS.

Quelle immunité ?

Ces nouvelles souches de la COVID-19 suscitent l’inquiétude. D’une part parce qu’elles sont plus contagieuses, et d’autre part du fait que ces mutations interviennent alors que les premiers vaccins réalisés sur la base de la COVID-19 « originale » sont administrés. En effet, quand un virus mute, un vaccin fonctionnant pour une autre souche peut perdre son efficacité. C’est pourquoi un nouveau vaccin est fabriqué pour faire face chaque année au virus de la grippe qui a muté.
A La Réunion, ce sont trois mutations du virus de la dengue qui circule. Lorsqu’une personne a contracté une souche, elle n’est pas immunisée pour les deux autres selon l’Agence régionale de Santé. D’où les mêmes précautions à prendre pour les personnes qui ont ou pas développé des anti-corps à une souche de dengue.

Le précédent du virus Ebola

La mutation de la COVID-19 rappelle que comme tout être vivant, un virus agit pour la perpétuation de son espèce. C’est ce qu’avait notamment démontré Ebola. Au départ, ce virus était extrêmement mortel. Le nombre de personnes guéries était très limité, tout comme le nombre de personnes atteintes. En évoluant, le virus Ebola est devenu moins fatal, mais contamine beaucoup plus de personnes. Ainsi il a réussi à s’adapter pour se répandre davantage.
La COVID-19 semble bien prendre pour elle cette stratégie. Elle est de toute manière plus contagieuse, mais logiquement elle devrait être moins mortelle car l’intérêt n’est pas de tuer son hôte afin qu’il puisse disposer de plus de plus pour se répandre.

Un mode de vie affaiblissant le système immunitaire

Le principal problème qui est posé reste celui du mode de vie. Celui venant d’Occident est le résultat d’un capitalisme qui a considéré la Nature comme une ressource à piller, et non pas une entité avec laquelle vivre en harmonie. Cette coupure a pour conséquence de rendre les personnes ayant adopté le mode de vie occidental bien plus vulnérables aux virus de type COVID-19. Il suffit de constater que c’est dans les pays où ce mode de vie est le plus ancré que se dénombrent les plus forts taux de mortalité, pas étonnant que l’Europe et les Etats-Unis, grandes puissances de la malbouffe, soient l’épicentre de cette pandémie. Et manifestement, avec les nouveaux variants, les gouvernements occidentaux sont encore loin d’être tirés d’affaire.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • 2021 commence bien alors ? Conclusion, restons vigilants, informés, optimistes et confiants en la Science, à l’Avenir, car son se résigne, la Vie devient difficile à vivre je trouve, pas vous ? Je sais que ce n’est pas facile, les enfants, étudiants souffrent, galèrent, et ils comptent sur les adultes, et réciproquement, nous comptons sur eux car n’oublions pas, ce sont eux qui contribueront à nos retraites, c’est le système de répartition cher dans les deux sens du terme au français, système que pas mal de pays étrangers nous envient, à juste raison. Alors bon courage et optimisme pour cette nouvelle année, historique elle aussi et les suivantes. En effet, en réfléchissant un peu, on trouve facilement des évènements passés ou à venir, tragiques ou pas, comme l’arrivée, ou plutôt le retour du train enfin, sur la Réunion, un TER reliant Ste Rose à St Joseph, pour à la fois, créer du travail et moins perdre son temps, gaspiller son énergie dans des sempiternels bouchons, ralentissements qui eux oui, rendent résignés, et cela, c’est pas bon pour le moral. N’est-ce pas ? Arthur qui dit vive le changement !

    Article
    Un message, un commentaire ?