Santé

L’OIM s’inquiète des cas de coronavirus enregistrés dans le camp de réfugiés et de migrants de Grèce centrale

Surpopulation et manque de moyens

Témoignages.re / 3 avril 2020

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) est préoccupée par le fait que vingt-trois migrants ont été testés positifs pour coronavirus sur le site d’hébergement ouvert de Ritsona, en Grèce centrale. Le camp géré par l’OIM, qui abrite 2 700 personnes, a signalé mardi son premier cas confirmé.

JPEG - 103.5 ko
Personnel de l’OIM dans un camp de réfugiés en Grèce.

« Cette évolution confirme le fait que ce virus en évolution rapide ne fait pas de discrimination et peut affecter à la fois les migrants et les communautés locales », a déclaré Gianluca Rocco, chef de la mission de l’OIM en Grèce. « Tout le monde est en danger. Les migrants et les réfugiés en Grèce sont sensibles au virus autant que la communauté grecque. »

Un camp de 25000 personnes

Le site de Ritsona est l’un des 30 établissements d’hébergement ouverts sur le continent grec, qui accueillent au total un peu plus de 25 000 personnes, dont 252 enfants non accompagnés. Suite aux protocoles nationaux coronavirus, les autorités grecques ont placé le site en quarantaine pendant les quatorze prochains jours, conseillant aux résidents de rester dans leur logement. Les autorités procèdent à la recherche des contacts et à de nouveaux tests dans le camp.
« Il est essentiel que tout le monde, y compris les migrants et les réfugiés sur le continent et les îles, soit assuré un accès égal aux services de santé, y compris la prévention, le dépistage et le traitement, en particulier dans des moments comme ceux-ci », a déclaré Rocco.
« L’inclusion immédiate de tous les migrants dans la réponse nationale à coronavirus n’est pas seulement une mesure humanitaire, mais essentielle à la politique de santé publique en Grèce. »
En tant qu’agence officielle d’assistance à la gestion du site pour Ritsona, l’OIM continue de travailler dans l’établissement selon un protocole de sécurité strict. Avec le soutien de la Commission européenne, l’OIM distribue des paniers alimentaires et des kits d’hygiène à tous les résidents en réponse immédiate à la quarantaine, ce qui limitera l’accès à l’approvisionnement alimentaire depuis l’extérieur. Dans le même temps, les autorités grecques établissent des espaces de quarantaine dans tous les camps comme mesure supplémentaire pour soutenir la gestion de la situation par les services de santé publics.

Inquiétude dans les camps des îles de la mer Egée

L’OIM, avec un financement de l’UE, est présente dans les 30 établissements d’hébergement ouverts sur le continent. Des nettoyants et des savons ont été distribués à tous les résidents. Tous les espaces de travail et espaces communs sont en cours de désinfection.
L’Organisation sensibilise au virus en traduisant et en diffusant des orientations informant les communautés de réfugiés et de migrants sur la manière de se protéger et de réduire le risque d’infection. « L’information et les mesures immédiates pour assurer la sécurité du personnel, des résidents du camp et, finalement, de toute la société sont actuellement la priorité absolue », a déclaré Rocco.
Les cas de coronavirus sur le continent inquiètent également les migrants dans les centres d’accueil et d’identification des cinq îles de la mer Égée du Nord-Est où la surpopulation rend extrêmement difficile la prise des précautions nécessaires, telles que la distance physique entre les personnes et une hygiène vigilante, pour mieux gérer la réponse à la propagation du virus.
Comme l’ont suggéré les analystes, les migrants et les réfugiés qui se trouvent actuellement sur les îles grecques devraient être transférés vers le continent dès que possible. L’OIM est prête à aider à la construction de logements adéquats pour répondre aux besoins.
« La menace de coronavirus rend encore plus urgent de décongestionner les camps sur les îles. L’OIM contribue à ces efforts avec la création de nouveaux arrangements d’hébergement sur le continent », a déclaré Rocco.

Appel à la solidarité avec la Grèce

À cet égard, l’OIM met également en place un mécanisme de retour volontaire temporaire pour les habitants des îles qui décident de rentrer dans leur pays d’origine. En collaboration avec la Commission européenne et les autorités grecques, la mise en œuvre et la durée de ce programme seront ajustées conformément aux mesures coronavirus prises par les États, telles que la fermeture des aéroports ou d’autres restrictions de voyage.
« Ce n’est cependant pas une tâche facile et nécessite de nouvelles mesures et le soutien des États membres de l’UE. Nous renouvelons notre appel à la solidarité européenne avec la Grèce concernant la relocalisation urgente des enfants non accompagnés et autres migrants vers des pays européens désireux de partager la responsabilité. Maintenant plus que jamais, nous sommes tous dans le même bateau. »