Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Santé

La lutte contre le VIH-SIDA à La Réunion freinée par l’importation d’une crise sanitaire

997 patients sous traitement dans notre île

mercredi 1er décembre 2021, par Manuel Marchal


L’importation du coronavirus à La Réunion est à l’origine d’une crise sanitaire qui freine la lutte contre le VIH-SIDA : les tests de dépistage ont diminué de moitié alors qu’ils constituent la première mesure efficace contre la propagation de l’épidémie.


Avant la crise sanitaire causée par l’importation du coronavirus à La Réunion, près d’une centaine de personnes découvraient leur séropositivité au VIH chaque année. Cette année, ce sont 27 personnes qui ont été dans ce cas entre janvier et octobre. En 2020, c’était environ le même nombre.

Cette diminution importante ne signifie pas une diminution de la circulation du VIH à La Réunion. Mais elle découle d’une baisse importante des tests de dépistage. Ils sont deux fois moins nombreux. La raison est l’importation de la pandémie de coronavirus à La Réunion et ses conséquences sur la société réunionnaise. Cela se traduit donc par une diminution de la prévention du VIH-SIDA. Cette crise a révélé combien le système de santé a été fragilisé par les suppressions de postes et de moyens des services publics décidés par les gouvernements qui se succèdent à Paris.

A La Réunion, la file active comprend 997 patients sous traitement. Parmi eux, 6 ont un SIDA déclaré et 6 décès sont à déplorer cette année.

Le SIDA continue de tuer à La Réunion, et les pouvoirs publics doivent débloquer des moyens pour une politique de prévention permettant de faire reculer le VIH-SIDA à La Réunion. Depuis 2 ans, l’essentiel de la communication de l’État porte sur sa stratégie de lutte contre le coronavirus, alors que l’opinion ne doit pas oublier que le VIH est un virus contre lequel il n’existe aucun vaccin, et que le seul moyen de le combattre après infection est d’avoir constamment accès à un traitement anti-VIH. Les tests de dépistage sont donc essentiels, des moyens suffisants doivent donc y être consacrés tout le temps que durera la pandémie de VIH-SIDA.

M.M. 



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus