Santé

La pneumonie tue deux enfants chaque minute

Plus que le paludisme, la diarrhée et la rougeole combinés : près d’un million de morts par an

Témoignages.re / 6 novembre 2017

Près d’un million d’enfants meurent chaque année de pneumonie, même si celle-ci peut être traitée avec des antibiotiques coûtant aussi peu que 30 pence britanniques, a déclaré jeudi l’organisation indépendante, Save the Children.

JPEG - 82.5 ko

L’organisation humanitaire publie un important rapport, Fighting for Breath, pour marquer le lancement de son effort mondial contre la pneumonie, qui vise à sauver un million de vies dans les cinq prochaines années, a-t-elle indiqué dans un communiqué sur son site internet. Le rapport montre que la pneumonie, « le tueur d’enfants oublié », est responsable de la mort de plus d’enfants de moins de cinq ans que toute autre maladie. Elle tue deux enfants dans ce groupe d’âge chaque minute - plus que le paludisme, la diarrhée et la rougeole combinés. Plus de 80 % des victimes sont des enfants de moins de deux ans, dont beaucoup ont un système immunitaire affaibli par la malnutrition ou un allaitement insuffisant et incapables de lutter contre l’infection. Les nourrissons sont les plus vulnérables dans les premières semaines de la vie.

Manque de médicaments

Save the Children appelle donc à un sommet des leaders mondiaux pour galvaniser l’action et réduire le nombre de cas de pneumonie. Le communiqué plaide pour des vaccins moins chers pour prévenir la pneumonie et plus d’investissements dans la vaccination ; les gouvernements doivent adopter des plans d’action en faveur de la pneumonie qui offrent un accès universel aux agents de santé formés au diagnostic précis et précoce.

Le communiqué souhaite que les gouvernements et les bailleurs de fonds veillent à ce que des antibiotiques vitaux soient disponibles et des partenariats public-privé pour développer l’approvisionnement en oxygène nécessaire pour aider les enfants qui luttent pour respirer. Save the Children a déclaré qu’une cure d’amoxicilline, un antibiotique qui coûte 30 pence britanniques - moins que le prix d’un sac de bonbons dans un supermarché occidental - peut sauver un enfant atteint de pneumonie dans trois à cinq jours. « Mais il n’est pas disponible dans de nombreux centres médicaux dans les pays les plus touchés, y compris en Tanzanie et en République démocratique du Congo », indique le communiqué.

Des morts évitables

« C’est une maladie qui laisse les enfants désespérément vulnérables, se battant pour respirer et leurs parents qui font face à l’anxiété et, trop souvent, le chagrin et le traumatisme qui accompagnent la perte », a déclaré Kevin Watkins, directeur général de Save the Children UK et auteur principal du rapport. « Il est indéfendable que nous permettions à tant de jeunes vies d’être détruites par une maladie dont nous avons les connaissances et les ressources pour la vaincre ».

Le communiqué a déclaré qu’une des victimes type est une fillette d’un an nommée Hakaroom qui était tellement malade quand sa mère l’a amenée dans une clinique de Save the Children au Soudan du Sud que les médecins ont dit qu’elle serait morte dans les 24 heures sans traitement.

« Les images vidéo montrent sa poitrine se soulevant alors que Hakaroom, dans une détresse évidente, se bat pour chaque respiration. Quelques jours plus tard, les antibiotiques avaient transformé ses perspectives. Elle s’est complètement rétablie et est retournée dans sa famille dans une communauté rurale ».

Appel à la vaccination

Save the Children appelle à la vaccination de 166 millions de jeunes de moins de deux ans et à des actions pour aider 400 millions de personnes dans le monde sans accès aux soins de santé. La moitié des mères en Afrique n’ont pas de soins de santé au moment de la naissance. Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies et Président de la Fondation Kofi Annan, qui soutient les efforts mondiaux, a déclaré que le coût des vaccins - 9,15 dollars US dans les pays pauvres - était trop élevé. « Les compagnies pharmaceutiques, les gouvernements, les bailleurs de fonds et les agences des Nations Unies doivent se réunir pour rendre les prix des vaccins plus abordables afin de sauver plus de vies », a-t-il ajouté.