Santé

La Réunion au bord du confinement : 46 morts de la COVID-19 depuis mi-février

16586 cas dont 1304 cas importés et 115 décès depuis le 11 mars 2020

Témoignages.re / 3 avril 2021

Sur la base des chiffres officiels, l’Etat annonce une dégradation sans précédent de la situation sanitaire en raison de la pandémie de la COVID-19 à La Réunion. En conséquence, un nouveau confinement est envisageable si cette situation sanitaire ne montre pas des signes d’amélioration d’ici 15 jours. C’est ce que précise cette communication de la préfecture de La Réunion.

JPEG - 130.9 ko

Plusieurs semaines après le renforcement des mesures de protection contre la Covid-19 sur l’île (fermeture des grands centres commerciaux depuis le 11 février, mise en place du couvre - feu à partir de 18 heures depuis le 5 mars), la situation sanitaire reste préoccupante : le taux d’incidence a atteint la semaine dernière 120 nouveaux cas pour 100 000 habitants, même si les fluctuations quotidiennes des derniers jours pourraient se traduire par une légère baisse de cet indicateur.

La progression du taux de positivité chez les personnes asymptomatiques, passé de 1,3 % début mars à 4 % fin mars, rend compte d’une transmission à « bas bruit ». Cette augmentation de l’atteinte de personnes ne présentant aucun symptôme favorise une large diffusion communautaire et donc un accroissement du nombre de formes graves ou sévères de la maladie.
D’autres signes traduisent cette même réalité préoccupante :

- Une proportion toujours plus importante de personnes contacts se révélant positifs (de - de 7 % fin janvier à plus de 20 %) et supérieure à la moyenne nationale ; les personnes contacts se positivant représentent désormais près d’un cas nouveau sur deux devenus à leur tour contaminés.

1 personne contacts sur 5 deviennent des cas Covid-19

- Une baisse du nombre de personnes contact signalées (moyenne de 2,3 personnes contact par cas, contre 4 mi-février) pouvant traduire une sous-déclaration avec davantage de personnes échappant aux mesures d’isolement.

- Une faible réalisation par les personnes contacts des tests qui leurs sont conseillés, traduisant une mauvaise adhésion aux mesures générales de prévention et d’isolement.

- Une progression très nette du nombre de clusters dans tous les milieux professionnels mais aussi établissements médico-sociaux, crèches et écoles.

- Des fortes tensions au sein du système hospitalier réunionnais :
o La capacité de réanimation a été portée à 122 lits (contre 71 en temps normal), au prix de fermeture de salle de bloc et d’une déprogrammation des interventions chirurgicales et des hospitalisations en médecine, soit Un retard dans la prise en charge des autres pathologies.
o Des renforts nationaux ont permis cette augmentation, mais la situation en métropole rend très incertain leur reconduction dans les toutes prochaines semaines. D’ores et déjà, le non remplacement de la totalité des médecins anesthésistes réanimateurs va obliger le CHU à redoubler d’efforts pour maintenir les lits supplémentaires pendant le mois d’avril.
o Chaque jour, trois à quatre nouveaux patients Covid sont hospitalisés en réanimation.
o 70 % des patients de réanimation étaient âgés de moins de 65 ans au 26 mars 2021, et 15 % de moins de 45 ans, démontrant que les formes graves de la maladie ne touchent pas que les personnes âgées.
o Le taux d’occupation des lits en réanimation est en moyenne de 86 %, avec plusieurs pics au-delà des 90 %.
o Les durées de séjour peuvent être longues : la moitié des patients étant en réanimation pour des durées supérieures à 10 jours

Une mobilisation individuelle et collective pour lutter contre le virus

Dans ce contexte, il est primordial que tous les réunionnais se mobilisent et que les actions individuelles et collectives se poursuivent et s’intensifient autour de 4 comportements essentiels pour lutter contre le virus : se faire tester, alerter, se protéger, se faire vacciner. Seuls ces comportements pourront permettre, dans la durée et dans leur globalité, de maîtriser, puis de renverser les tendances actuelles défavorables.

Confinement possible

Le préfet en lien avec l’Agence régionale de santé et en concertation avec les élus et les acteurs économiques décidera à l’échéance des 15 prochains jours de renforcer les mesures de freinage si la courbe épidémique ne fléchit pas et que la tension hospitalière perdure en mettant en place alors un confinement.

Ce confinement sera à l’image de ce qui est appliqué en métropole serait déclenché à compter du 17 avril avec les fermetures des établissements scolaires et des limitations de déplacement à un rayon de 10 km autour du domicile sauf motif impérieux ou professionnel.