Santé

Le CRIJ Réunion dans la lutte contre le SAF et les ETCAF

Mobilisation contre le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale

Témoignages.re / 20 septembre 2018

Pour faire écho à la Journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) du 9 septembre dernier, le CRIJ Réunion s’est mobilisé avec ses partenaires en organisant hier dans ses locaux au 28 rue Jean Chatel à Saint-Denis, de 9h à 12h, un CRIJ Ta Vie « 9 mois 0 alcool, sa mèm’ lé bon ! ». 27 élèves du Lycée professionnel François Xavier de La Montagne, âgés entre 17 et 22 ans, ont participé et été sensibilisés sur les risques et les conséquences liées aux addictions pendant la grossesse.

JPEG - 86.6 ko

Après un premier évènement en mai, l’équipe du CRIJ Réunion s’est mobilisée à nouveau avec ses partenaires l’ARPS (Association Réunionnaise pour la Prévention des risques liés à la Sexualité), le Centre Ressources ETCAF (Ensemble de Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale), le CHU, l’association Père Favron et l’ANPAA (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie), pour informer les jeunes sur les risques liés aux addictions, en particulier pendant la grossesse, et les conséquences que cela peut avoir chez l’enfant. Selon les données communiquées pour 2017, 10 à 15 nouveaux nés par an à La Réunion sont concernés par le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF), la forme la plus sévère de l’exposition prénatale à l’alcool. Mais si l’on considère l’ETCAF, c’est une naissance sur 100 qui est affectée à La Réunion, soit un enfant naît tous les deux jours avec un cerveau endommagé par l’alcool.

Comme l’explique Jean-Yann Vidot, Responsable Accueil et Information Jeunesse au CRIJ, « la santé et la prévention font partie des sujets d’information du CRIJ. Avec nos partenaires, nous avons commencé depuis deux ans un travail de sensibilisation sur ces sujets, à destination notamment des plus jeunes. Si l’on pense que selon les statistiques, 5 % des femmes en France consomment trois verres d’alcool en moyenne par jour pendant la grossesse, on comprend l’importance de partager l’information sur les risques des mauvaises habitudes » .