Santé

Le PCR appelle à la transparence dans la gestion des affaires sanitaires à La Réunion

Crise de confiance envers les autorités sanitaires et étatiques

Parti Communiste Réunionnais / 16 août 2021

Face à la crise de confiance envers les autorités sanitaires et étatiques causée par des décisions controversées prises depuis 18 mois, le Parti communiste réunionnais appelle donc à la transparence et la responsabilité. Il faut agir au plus près de la réalité réunionnaise, en donnant aux Réunionnais la place qui leur revient, comme en Kanaky Nouvelle-Calédonie, où aucun décès dû au coronavirus n’est à déplorer.

JPEG - 66.2 ko

Les mobilisations contre la gestion de la crise sanitaire s’accentuent et gagnent de nombreuses villes. C’est la conséquence des décisions controversées prises depuis 18 mois comme le confinement général alors que l’épidémie était sous contrôle. Elles sont à l’origine d’une crise de confiance envers les autorités sanitaires et étatiques. La politique vaccinale est devenue une variante de l’élection présidentielle.

Le PCR rappelle que les vaccins ont été un des moyens qui ont permis à notre île de sortir du désastre sanitaire, accompagnant la misère coloniale. Quelques années après l’abolition du statut colonial, la malnutrition et les épidémies étaient encore responsables d’un des taux de mortalité infantile parmi les plus élevés au monde. Les vaccins ont donc permis de sauver des milliers de vies dans notre pays.

Compte tenu de la nouveauté du Covid-19 et de l’ampleur de la contagion, les pouvoirs publics ont décidé de faire de la vaccination la solution de retour à la normale. L’Union européenne a accepté de délivrer une autorisation conditionnelle de mise sur le marché. Ainsi, l’Union européenne se dégage de toute responsabilité en cas de problème, qui « incombe au titulaire de l’autorisation, qui est responsable du produit et de son utilisation sûre ». Cette procédure stipule que l’expérimentation à grande échelle doit se poursuivre et prendra fin quand toutes les conditions de sécurité seront réunies pour une autorisation de mise sur le marché définitive. Les infections touchant de nombreuses personnes ayant reçu un traitement vaccinal soulignent que les recherches ne sont pas terminées. Dans de nombreux pays, comme chez nos voisins, des vaccins sont utilisés mais sont interdits à La Réunion. Pourquoi ?

La suspicion est générale car les choix sont faits à Paris, par les autorités qui ont laissé entrer le coronavirus et ses variants à La Réunion. L’opinion ne peut que douter de la stratégie suivie quand elle constate qu’en Kanaky Nouvelle-Calédonie le coronavirus n’a pas pu s’implanter en raison de la protection de la population par la quarantaine stricte de 14 jours imposée aux passagers arrivants. Du coup, sur une population de 287000 habitants, il n’y a que 134 cas et zéro décès.

Il n’y a pas de miracle. Tout comme La Réunion, la Kanaky Nouvelle-Calédonie est un territoire de la République Française, mais là-bas, les représentants du peuple agissent ouvertement et sont parties prenantes dans les décisions.

Pour restaurer la confiance, le Parti communiste réunionnais appelle donc à la transparence et la responsabilité. Il faut agir au plus près de la réalité réunionnaise, en donnant aux Réunionnais la place qui leur revient, comme en Kanaky Nouvelle-Calédonie. C’est la seule façon de rétablir la confiance sanitaire sinon politique.

Bureau de presse du PCR
Le Port, le 16 août 2021