Santé

Lettre ouverte à M. Billant et Mme Ladoucette

Ary Yée Chong Tchi Kan . David Gauvin / 30 mars 2021

JPEG - 69.6 ko

La Réunion est une petite île. Tout ce qui entre est contrôlable. En un an, vos décisions ont déjà conduit à 102 morts. Nous ne disons pas que vous avez fait exprès.
Mais regardons un pays de 100 millions d’habitants qui compte, à ce jour, 2586 cas et 35 morts. Il n’a pas le niveau de nos infrastructures hospitalières. Il dispose de 1.000 kilomètres de frontière terrestre avec la Chine. Il n’y a que 44 000 personnes vaccinées. C’est le Vietnam.
A l’évidence, la mentalité du riche est plus contaminante que le virus. Au début de la crise, la Région et le Département se font concurrence pour affréter des avions. Pour quels résultats ? Dernièrement, vous exaltez avec force médiatisation le transport par avion de 4 malades.
La semaine dernière, vous commencez à avouer vos limites ; nous, nous avouons notre étonnement devant cet étalage de l’argent facile.
1-Pourriez-vous publier toutes les dépenses publiques par poste depuis un an ?
2-pourriez-vous faire la transparence de vos rencontres avec les élus ?
3-pourriez-vous mettre en débat nos propositions puisque les autres ont failli ?

Ouvrir d’urgence 4 « hôpitaux de campagne ».
Il est possible de mobiliser des moyens d’urgence à Saint Paul, à Saint Pierre, à Saint Benoît et à Saint Denis pour éviter les dépenses astronomiques des transports de malades vers la France. Cela se fait partout lors des séismes. Appeler en renfort les services de santé des armées.

Fermer l’aéroport pour un mois.
Il s’agit d’empêcher de nouvelles entrées de virus. Chaque cas variant constitue une nouvelle épidémie. Tous les pays Covid-zéro ont appliqué cette décision, fermement et sans passe-droit. Aucun prétexte ne sera ni valable, ni impérieuse. Le confinement du pays doit être étanche.
Pour être efficace, la barrière sanitaire doit être placée loin de La Réunion.
Par la suite, tout passager doit être contrôlé en dernier ressort en zone d’embarquement et non au débarquement. Arrivé dans l’île, il doit accepter une quarantaine stricte. Sanctionner a posteriori est trop tard.

Organiser la traque du virus.
Il s’agit d’organiser la traque du virus de manière systématique par des tests de masse. Le Conseil Régional, le Conseil Départemental et l’Etat doivent investir dans des tests. Les porteurs sains seront identifiés et suivis, les malades seront traités.
Les tests rapides ont été inventés. Dans notre petite île, il est possible de tester toute la population 24h sur 24. Un traitement précoce permettrait d’éviter les formes graves. Nous rappelons que 99,5 % des malades ont été guéris.

Renouer avec la confiance.
Aucun vaccin n’est digne de confiance. La simple mesure de bon sens consiste à tenir la population loin des zones contaminées. La santé publique des Réunionnais est précise et mesurable. Elle ne doit pas être soumise aux acteurs de la rentabilité des marchés.

M. Billant et Mme Ladoucette,
Vous êtes responsables. Notre système de santé hospitalière a été calibré pour répondre à des besoins opératoires ordinaires et en prévision des imprévus parmi lesquels un crash aérien. Le virus de la dengue continue ses ravages. La protection, la prévention et l’information responsable sont les meilleurs garants d’une qualité de santé digne de la modestie du Vietnam(1). Attaquez-vous au virus mais pas aux Réunionnais.

(1). La France frôle les 95 000 morts pour 65 millions d’habitants, une fois et demi moins peuplée que son ancienne colonie.

David Gauvin et Ary Yee Chong Tchi Kan, membres du PCR