Santé

Mayotte : des réunions d’élus foyers de coronavirus

Alors que la France décide d’augmenter la fréquence des vols entre cette île de l’archipel des Comores et La Réunion

Manuel Marchal / 6 août 2020

Au moment où la France décide d’augmenter la fréquence des vols en provenance de Mayotte à La Réunion, l’ARS de Mayotte signale que plusieurs nouveaux cas de coronavirus ont été constatés suite à des réunions d’élus où les mesures contre la transmission du virus n’ont pas été respectées. Ceci rappelle combien la vigilance doit être de mise et interroge sur des décisions prises par la France.

JPEG - 92 ko

Mayotte Première a publié hier l’information suivante :

« L’agence régionale de santé a adressé un courrier aux maires après avoir constaté des cas de Covid-19 chez des élus et collaborateurs d’élus dans diverses communes de Mayotte.
Plusieurs cas de Coronavirus en lien direct ou indirect avec des activités d’élus communaux a poussé la directrice générale de l’ARS Dominique Voynet à demander aux élus une vigilance particulière. L’ARS met en garde les élus qui ont participé à des réunions électorales et pré-électorales notamment dans le cadre des élections au SMEAM ou encore au SIDEVAM . Malgré le port du masque plus ou moins respecté, on a pu constater tout de même beaucoup de cohues et d’embrassades. Et l’ARS de souligner que de tels évènements qui regroupent des nombreuses personnes en provenance de différents points du département peuvent en effet être source de nouvelles contaminations, voire dispersion incontrôlable du virus. »

Rappelons que Mayotte détient le triste record du nombre de cas de COVID-19 et de décès en lien avec l’épidémie dans notre région. 2813 cas recensés sur seulement 16.000 tests, et 39 décès.
Autant dire que la pandémie est loin d’être vaincue. Mais pourtant, la France a décidé d’augmenter la fréquence des vols entre Mayotte et La Réunion. Une communication de l’Agence régionale de Santé de Mayotte indique l’ouverture d’un centre où tous les passagers voulant se rendre à La Réunion devront se faire tester trois jours avant l’embarquement.
Rappelons qu’à la différence des passagers en provenance de France, ceux qui viennent de Mayotte sont astreints à une quarantaine d’une semaine et doivent subir un second test de dépistage 7 jours après leur arrivée.

L’ouverture des trois centres de dépistage pour les passagers à J+7 doit permettre de faciliter également le dépistage de patients en provenance de Mayotte qui auraient présenté un test négatif à l’embarquement, mais qui étaient en réalité porteurs du virus à leur arrivée à La Réunion, ou qu’ils l’aient contracté en raison d’une quarantaine qui n’a pas été respectée.

M.M.