Santé

Ouverture du deuxième Congrès de santé publique

Recherche et coopération

Témoignages.re / 13 novembre 2019

Plus de 300 personnes inscrites, 70 intervenants, une quarantaine d’invités extérieurs venant des 4 pays de la Commission de l’Océan Indien, de l’Australie et du Mozambique, 33 posters scientifiques… la deuxième édition du Congrès de Santé Publique est devenue un rendez-vous important pour les acteurs de santé et de recherche dans notre région. Il se termine aujourd’hui au Musée de Stella Matutina.

JPEG - 101.9 ko

Le Centre Hospitalier Universitaire de La Réunion organise la deuxième édition du congrès de Santé Publique, les 12 et 13 novembre. Ces journées sont l’occasion pour les acteurs et chercheurs du domaine de la santé de faire le point sur les problématiques associées aux vulnérabilités de santé dans les territoires ultra marins.
Les conférences portent sur les travaux développés ces dernières années dans notre région et sur des territoires aux enjeux similaires notamment les Antilles. Les différentes sessions sont organisées autour de conférences d’orateurs nationaux et internationaux. Les thématiques abordées concernent les maladies métaboliques et chroniques, les cancers, la périnatalité, les maladies infectieuses et émergentes, le risque environnemental, l’âge et la santé mentale, ainsi que des exemples d’actions de Santé Publique mises en place.

Le congrès aborde la thématique des vulnérabilités de santé des territoires ultramarins. Il réunit autour de cette question des spécialistes de renommées nationale et internationale, venus de la Région océan Indien, des Antilles et de La Métropole. Cette notion de partage des enjeux de santé entre territoires ultramarins est liée à des expositions et des contextes épidémiologiques communs. En effet, les régions dites ultramarines constituent une zone de transition épidémiologique entre les pays défavorisés au plan socio-économique et les pays riches. Dans ce monde globalisé, leurs populations, à la fois jeunes et vieillissantes, sont affectées par les grandes endémies, les épidémies et les pathologies dites de civilisation (diabète, hypertension, cancer) sur fond de vulnérabilités à la pauvreté, aux changements climatiques, aux migrations et à l’acculturation, et de circulation accélérée des agents pathogènes.

Effets de la faible taxation du rhum

Le congrès a été introduit par une réflexion sur le lien entre précarité économique et vulnérabilités de santé, que ce soit en termes d’accessibilité et de recours aux soins comme de comportements à risques. Après un constat de l’état des lieux de la santé dans le périmètre de l’océan Indien, le congrès développera cette question des vulnérabilités autour des thématiques prioritaires de recherche de La Réunion : les maladies métaboliques et chroniques, les maladies infectieuses, la périnatalité.

Seront également abordées les vulnérabilités psychiques particulières du jeune et de la personne âgée, ainsi que celles induites par une consommation d’alcool à risque, partagée par les départements d’Outre-Mer, du fait d’une taxation faible des alcools forts. La session sur les maladies métaboliques et chroniques, après un rappel des enjeux, reviendra sur la question de la transition nutritionnelle dans nos territoires et présentera des projets locaux et internationaux sur les principaux sur-risques observés dans nos territoires, tels le prédiabète, le diabète, et accidents vasculaires cérébraux, pour lesquels la recherche développe des moyens d’observation spécifiques sous forme de cohortes ou de registres.

Spécificité des cancers

Une réflexion sur les spécificités des cancers dans nos territoires du dépistage jusqu’au devenir des sujets atteints de cancer sera développée avec l’appui des données des registres et de différentes enquêtes. L’objectif de la session Périnatalité de ce congrès est d’améliorer les connaissances sur les caractéristiques des mères et des enfants de la Région ‘’océan Indien’’ : la réflexion est ciblée sur les indicateurs de santé publique périnatale et l’accès aux soins dans le contexte de précarité qui est celui de la femme en âge de procréer. Malgré l’importante amélioration de l’état de santé de la population de notre Région, comme en attestent des indicateurs de santé publique (allongement de l’espérance de vie, recul de la mortalité infantile), les inégalités sociales de santé et la vulnérabilité perdurent en océan Indien.

Cette session est particulièrement axée sur la prise en compte des spécificités des couples mère-enfant(s) L’objectif de la session Maladies Infectieuses est, à partir de quelques exemples, de favoriser les échanges autour des grandes endémies (paludisme, infection à VIH, maladies tropicales négligées), des maladies émergentes ou ré-émergentes (arboviroses, peste, zoonoses dont la leptospirose) par une approche pluridisciplinaire et holistique mêlant épidémiologie, médecine, santé vétérinaire, écologie, anthropologie, sociologie, dans le but d’améliorer les connaissances et les collaborations entre les acteurs de terrain et les autorités de santé publique.