Santé

PCR et coronavirus : « La santé des Réunionnais d’abord ! »

Propositions du PCR pour sortir d’un « échec monumental » un an après l’arrivée de la COVID-19 à La Réunion

Parti Communiste Réunionnais / 12 mars 2021

Ce 11 mars, cela faisait un an que La Réunion a été officiellement atteinte par la pandémie de coronavirus, avec l’annonce ce jour-là du premier cas importé confirmé. Dans un communiqué publié à cette occasion, le PCR rappelle ses propositions pour que La Réunion sorte rapidement de la crise sanitaire.

JPEG - 53.2 ko

« Le 11 mars 2020, nous tenions notre patient zéro. Un an après, nous comptons 13 000 cas et plus de 70 morts. Il est encore possible de sortir de cet échec monumental à condition de prendre exemple sur les pays qui ont vraiment réussi à protéger leur peuple. 

1-Partir des réalités réunionnaises.

Il y a désormais 2 sources de contamination : par l’extérieur et entre Réunionnais. Il est urgent d’agir sur les 2 niveaux simultanément, de manière radicale et sans délai. 

2-fermer l’aéroport pour un mois. 

Il s’agit d’empêcher toutes nouvelles entrées. Tous les pays covid-zéro ont appliqué cette décision, fermement et sans passe-droit, parfois durant plusieurs mois. Aucun prétexte ne sera ni valable, ni impérieuse. Le confinement de La Réunion doit être étanche. 

3-organiser la traque du virus. 

Il s’agit d’organiser la traque du virus de manière systématique par des tests de masse et au plus près des gens. Agir par îlot. Le Conseil Régional, Départemental et l’Etat doivent investir prioritairement dans des tests. Les malades seront identifiés et traités. Les autres doivent continuer à se protéger. 

4-déconfiner la population. 

En redonnant confiance à la population, il y aura peu de risques à libérer les activités en prenant quelques précautions mais il ne faut rien interdire. Arrêtez l’opération de vaccination parcimonieuse et coûteuse qui relève plus de la communication que de l’efficacité.
 
Le PCR rappelle qu’il faut mener la guerre contre le virus mais pas contre les Réunionnais. Les menaces et les sanctions relèvent d’une époque révolue, elles doivent cesser.

A Saint Denis, le 11 mars 2021,
Pour le Parti communiste Réunionnais, 
David Gauvin et Ary Yée Chong Tchi Kan
 »



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Le tri, comme à la guerre,

    La situation s’aggrave à la Réunion et à l’hôpital ils sont dans une logique de guerre, le tri de ceux qu’ils ont la possibilité de sauver et ceux qu’ils doivent abandonner. C’est une réalité que je vis actuellement, ma mère est hospitalisée à Saint Paul et le discours du médecin qui s’occupe d’elle est effrayant et inhumain. Sa situation s’aggrave et lui il minimise sur les solutions à proposer en insistant sur les maladies antérieures qu’elle a connue. Selon lui, il ne faut pas qu’elle souffre un peu plus dans un service de réanimation. Donc à son avis, cela ne sert à rien de faire un effort pour essayer de la sauver. C’est la logique du tri pendant un conflit militaire...mais nous ne sommes pas en guerre, sauf que la population réunionnaise paye actuellement les mauvaises décisions de ceux qui n’ont pas voulu utiliser l’atout de notre île, son insularité.

    Autre problème, un autre proche a été contaminé. Il s’est rendu aux urgences. Après une radio confirmant que ses poumons sont atteints, il est renvoyé chez lui...avec comme médicament : deux boites de Doliprane. Quelques heures plus tard sa situation s’aggrave et sa famille le ramène à l’hôpital. Actuellement, il est toujours en réanimation. Voilà quelques témoignages qui doivent nous sensibiliser sur l’état catastrophique de la situation sanitaire de notre île , alors comme je ne cesse de répéter, notre insularité était notre atout. Mais certains ont préféré jouer avec nos vie et limiter les capacités d’accueil dans les services de réanimation.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Je suis d’accord sur l’analyse sauf "arrêter la campagne de vaccination" qui mérite des explications.
    Le monde entier va vacciner. Malheureusement les pays pauvres n’ont pas tous accès au vaccin. Situation inégalitaire,
    et lONU a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme. Arrêter la vaccination serait une erreur fondamental.

    Article
    Un message, un commentaire ?