Santé

PCR et coronavirus : « Pour un Collectif et un dispositif adapté aux réalités réunionnaises »

Communiqué du Parti communiste réunionnais suite à l’intervention de la ministre des Outre-mer

Parti Communiste Réunionnais / 3 avril 2020

Le 1er avril dernier, Antenne Réunion organisait une émission spéciale donnant la parole à la ministre des Outre-mer au sujet de la crise du coronavirus. Dans un communiqué diffusé ce jour, le PCR tire les enseignements des déclarations de la ministre et fait part de ses propositions.

JPEG - 79.8 ko

« Mme Annick Girardin a déclaré que l’État n’a pas les moyens financiers, matériels de mener cette guerre sanitaire. Or, dans son “Adresse aux Français”, du 12 mars 2020, le Président de la République avait dit exactement le contraire.

Il avait même loué l’Etat Providence en ces termes : « Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, pour notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ».

A quoi rime cette cacophonie gouvernementale ? Nous sommes en guerre, une guerre inédite où l’ennemi est invisible et tue à grande vitesse. Le gouvernement peut largement revenir sur les coupes budgétaires opérés dans les services publics ; il peut revenir sur les cadeaux prévus pour les grands patronats qui s’apprêtent à se partager d’insolents dividendes. La population n’a pas à payer le prix d’une politique avant la guerre sanitaire.

La Ministre des Outre-mer a fait deux autres déclarations :
1) L’État « n’a pas les moyens de contrôler tous les étages à La Réunion ».
2) « Le jour d’après ne peut pas ressembler au jour d’hier… le jour d’après c’est un nouveau modèle ».

Ces propos sont inadmissibles et découragent l’unité d’action. Mme la Ministre semble disposer d’informations qu’elle aurait tout intérêt à mettre à la disposition de la population et des décideurs, au lieu de tomber dans le mépris.

La population réunionnaise et tous les acteurs méritent mieux que l’état d’âme d’une Ministre totalement dépassée par les évènements car elle a appliqué en Outre-Mer les mêmes méthodes et le même calendrier totalement en contradiction avec les réalités géographiques et socio-culturelles de chaque territoire.

La Réunion a connu son premier cas le 11 mars. Toutes les hypothèses d’anticipation avancées par les professionnels ont été rejetées. Même une simple importation de masques pour les professionnels. Maintenant que la pandémie s’accélère dans le monde entier, et que les moyens sont disputés entre les pays, l’heure est à la responsabilité pour faire face à l’immédiat.

Le PCR appelle à la création d’un collectif composé d’élus, de l’Etat, de Professionnels, de personnalités morales et d’associations impliquées afin de partager les informations réelles et d’examiner les conduites à tenir dans les jours qui viennent.

La leçon à retenir, c’est que La Réunion ne peut pas être dirigée depuis Paris, située à 10 000 kilomètres. »