Santé

Recherche de cas contact : contre la circulation du coronavirus

Une trentaine de personnes mobilisées à La Réunion

Témoignages.re / 21 mars 2020

La préfecture précise les moyens alloués pour limiter la circulation du coronavirus à La Réunion. Si 45 cas ont été à ce jour confirmés, dont 3 cas contractés à La Réunion, plus de 320 personnes font l’objet d’une quarantaine car elles ont été en contact avec un des 45 porteurs du coronavirus identifié à La Réunion.

JPEG - 111 ko
’L’ARS a voulu renforcer le dispositif du Contrôle Sanitaire aux Frontières. En effet, outre l’équipe de techniciens présente en permanence à l’arrivée de chaque vol, une infirmière peut répondre aux interrogations des passagers, et prendre en charge ceux qui ressentiraient des symptômes évocateurs d’un COVID 19.’, affirme l’ARS.

Des investigations sont systématiquement réalisées par l’Agence Régionale de Santé et de la cellule régionale de Santé publique France pour identifier toutes les personnes « contact » qui auraient été en contact rapproché et prolongé avec les cas confirmés.

En effet, la priorité est de détecter le plus tôt possible les éventuels premiers cas sur le territoire. Un contact rapproché et prolongé suppose une exposition dans un même lieu de vie, avec un contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou d’une discussion en l’absence de mesures de protection.
Au sein de l’ARS, une cellule régionale de suivi a été activée depuis le 11 mars et près d’une trentaine de personnes sont mobilisées chaque jour, de 8h à 21 h pour assurer la recherche immédiate des cas contact et identifier rapidement tout nouveau cas. Toutes les personnes identifiées comme cas contact à La Réunion ont été jointes pour s’enquérir de leur état de santé, et leur passer les consignes de confinement à domicile (14 jours suivant leur dernier contact avec un cas confirmé), de port du masque lors des échanges avec des proches, de surveillance deux fois par jour de leur température, et de signalement au SAMU en cas d’apparition de symptômes. L’ARS leur a fait livrer à chacun des masques et un rappel des conduites à tenir. Chaque cas contact fait l’objet d’un suivi régulier pour un point sur leur situation et état de santé.

Un accueil infirmier à l’aéroport

L’ARS a voulu renforcer le dispositif du Contrôle Sanitaire aux Frontières. En effet, outre l’équipe de techniciens présente en permanence à l’arrivée de chaque vol, une infirmière peut répondre aux interrogations des passagers, et prendre en charge ceux qui ressentiraient des symptômes évocateurs d’un COVID 19.

La procédure prévoit la remise immédiate d’un masque au passager, afin de protéger son entourage et une mise en relation avec le SAMU (Centre 15) pour la réalisation d’un test de dépistage en cas de symptôme. Une équipe mobile de prélèvements du CHU de La Réunion peut alors intervenir, à la demande, pour effectuer ce prélèvement sur place.

Le passager rentre chez lui équipé d’un masque et des consignes de confinement strict, dans l’attente des résultats attendus dans un délai de 5 heures :
Si le résultat est positif, le passager est recontacté par le CHU de La Réunion pour une prise en charge hospitalière.
Si le résultat est négatif, le passager devra quand même se conformer aux instructions de confinement durant 14 jours, appliquées à toutes personnes arrivant sur le territoire de La Réunion, puisqu’il est rappelé que la maladie peut encore incuber pendant cette période.
Cet accueil infirmier mobilise une infirmière du SDIS et des infirmières volontaires.

Les chiffres au 20 mars 2020

• plus de 310 personnes dépistées, dont 38 positives
• plus de 320 personnes ayant fait l’objet d’une mesure de confinement et/ou de suivi de température en tant que contacts de cas confirmés.