Santé

« Santé, avancer pour l’autisme »

Deuxième colloque de l’association Autisme Bel Avenir

Témoignages.re / 24 octobre 2018

L’association Autisme Bel Avenir en partenariat avec AEA organisera vendredi et samedi son deuxième colloque à Tamarun à La Saline les Bains. Le thème choisi cette année est « Santé, avancer pour l’autisme ».

JPEG - 42 ko

Présidée par Gélita Hoarau, l’association Autisme Bel Air organisera vendredi et samedi son deuxième colloque. Des spécialistes de l’accompagnement des personnes porteuses de trouble du spectre de l’autisme de La Réunion mais aussi de France et de Suède participeront à cette manifestation. Après l’intervention de la présidente de l’association et de l’Agence régionale de Santé Océan Indien, plusieurs contributions sont prévues durant les deux jours.
La première portera sur « Comorbidités et douleur chez la personne autiste, avec l’intervention du Dr Djea Saravane, Chef de Service du Centre de Référence Soins Somatiques en Santé Mentale, Autisme, Polyhandicap, Handicap Génétique Rare. « La mortalité précoce est augmentée chez la personne porteuse de trouble du spectre de l’autisme (TSA), avec des taux de 3 à 10 fois supérieurs que dans la population générale. Ces décès sont plus souvent le ressort de complications relatives à des pathologies médicales comme l’épilepsie, les troubles respiratoires ou gastro-intestinaux. La difficulté à communiquer de certaines personnes autistes représente un obstacle à l’accès à des soins appropriés. »
Puis il sera question des outils numériques « comme levier d’autonomie et d’inclusion sociale », avec Sarah Cherruault, CEO de la Société AUTICIEL
« Pour des personnes en situation de handicap, le numérique est un levier efficace et non stigmatisant pour être mieux intégré en société et plus autonome au quotidien. Ainsi, l’utilisation des outils numériques par les personnes handicapées permet non seulement de réduire leur isolement, de susciter un mieux-être pour elles et leurs proches, mais aussi de réduire les coûts socio-économiques afférents à l’exclusion et à la prise en charge spécifique ».

L’accès aux soins

Suivra la présentation de la plateforme Handisanté par le Dr Eric Herisse, Médecin généraliste au CH de Niort : « l’équipe au sein d’HandiSanté axe son travail sur la prévention et l’aide au développement d’un maillage sur le territoire afin que les personnes en situation de handicap puissent être accompagnées sans rupture. HandiSanté a donc vocation à être une passerelle vers les structures de soins hospitalières et libérales en lien avec la médecine de ville. Elle envisage la mise en place d’outils de liaison et participera à la recherche médicale et paramédicale dans le domaine de la médecine auprès de la personne avec handicap ».
Le Dr Benoit Perrier, Secrétaire Général de l’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire), insistera sur l’importance de « développer un programme de santé bucco-dentaire auprès d’enfants handicapés ». En effet, « l’état bucco-dentaire des personnes ayant un trouble autistique est deux fois plus dégradé que la population générale. Les expériences de l’UFSBD sur différents territoires ont démontré qu’il était possible d’agir en ayant comme priorité l’accès à la santé par la prévention. Cela a permis d’établir une charte de recommandations et d’actions qu’il est possible de s’approprier au quotidien en équipes pluridisciplinaires ».

La question du bien-être

Le vendredi après-midi débutera par une contribution sur « Parcours et coordination des soins à La Réunion par le Dr Marie-France Angelini Tibert, responsable d’équipe opérationnelle pour l’association ORISON : « ORISON est une structure régionale d’appui qui a pour objet le développement, la promotion et l’accompagnement d’une dynamique d’amélioration de la qualité des soins et de la sécurité des personnes soignées, dans les champs de la santé et de l’autonomie ».
Le Bien-être au quotidien par l’activité sportive sera présenté par Corinne Chaabane, Présidente de l’association ASMA 77 : « ASMA 77 a pour objet de proposer aux familles de Seine-et-Marne et des départements voisins un lieu aménagé où sera proposé à leur enfant un programme individualisé encadré par des personnes formées à diverses méthodes comportementales et autres. L’association s’adresse aux enfants, adolescents et jeunes adultes autistes pour développer les capacités physiques et ajuster les comportements ».
Dag Stromberg – Orthophoniste BCBA superviseur clinique au sein de l’Autismcenter för små barn (Centre pour jeunes enfants avec autisme), à Stockholm, Suède montrera comment il est possible d’améliorer le sommeil chez les enfants avec autisme au travers d’une sélection d’interventions ayant fait leurs preuves pour évaluer, prévenir et traiter les troubles du sommeil les plus fréquents.

Alimentation et apprentissages

L’Association RÉUNIR (Réseau d’Education Nutritionnelle Infantile de la Réunion) proposera d’aborder la problématique de l’obésité, ces causes et ces conséquences tant sur le plan médical que sur le plan psychologique ou social. Elle présentera le programme d’Education Thérapeutique disponible auprès des familles du Sud de la Réunion : sa durée, son déroulement, ses objectifs…
« Les troubles alimentaires chez l’enfant autiste, de l’évaluation au traitement » sera présenté par le Dr Karina Alt, anthropologue : « les troubles du comportement alimentaire sont fréquents parmi les personnes ayant un TSA, important à la fois leur santé, mais aussi le climat familial et leur inclusion sociale. Comment les définir, comment les traiter, nécessite impérativement une connaissance approfondie des spécificités du fonctionnement de la personne avec un TSA mais aussi une commémoration interdisciplinaire pour évaluer et agir avec efficacité ».
La dernière contribution comparerera les environnements d’apprentissage : « travail intensif à table versus environnement sportif » par Christelle Gondat (Psychologue BCBA au Service d’Accompagnement Comportemental Spécialisé) et Mathilde Beau (Monitrice éducatrice au Service d’Accompagnement Comportemental Spécialisé) : « pour les enfants avec autisme, nous pouvons penser que les environnements sportifs ont potentiellement un impact supplémentaire. Aussi, à la situation contrôle du travail intensif à table, nous avons comparé quatre autres environnements liés au sport : l’équitation, la piscine, le trampoline, et un parcours de sport à pied. Nous avons relevé le nombre d’essais nécessaires pour l’acquisition d’une compétence dans trois domaines de développement et nous comparons la rapidité d’acquisition de ces compétences pour les différents lieux ».


Où : TAMARUN
Dates : Vendredi 26 et samedi 27 octobre
Heures : Le 26 octobre de 8h30 à 16h30
Le 27 octobre de 8h30 à 12h15

Inscription : 10 euros
Confirmation par mail à : secretariat.aaba@orange.fr
02 62 70 99 96