Santé

SNUIpp-FSU : pour de réelles garanties sanitaires dans les écoles

Le syndicat demande plus de temps pour organiser un nouveau protocole sanitaire

Témoignages.re / 30 octobre 2020

Le SNUIpp-FSU974 réagit aux annonces aux annonces du président Macron sur le confinement.

JPEG - 57.9 ko

« La fermeture des écoles n’est effectivement pas souhaitable (pour ne pas reproduire les dégâts du printemps dernier), mais sans réelles garanties sanitaires pour protéger les personnels, les élèves et leur famille. l’annonce floue d’un « protocole sanitaire renforcé » ne nous rassure absolument pas.

Dès lundi, il faudrait fournir des masques chirurgicaux aux personnels (et non des masques grand public peu protecteurs), aux élèves dès l’âge de 6 ans, permettre aux personnels vulnérables de rester chez eux et renforcer le nettoyage des écoles. Très rapidement, il faut aussi recruter des enseignants pour diminuer les effectifs par classe, investir dans les locaux scolaires pour assurer l’aération et la présence de points d’eau !

Pour cela nous avons besoin de temps.
Nous demandons la banalisation du lundi 2 novembre et mardi 3 novembre pour nous organiser.
Il ne faut pas mettre en danger ni les élèves, ni les personnels.

Le gouvernement porte une lourde responsabilité dans cette situation, il n’a rien anticipé par manque d’investissements publics !

Contrairement au mois de mars où le virus a surpris tout le monde, la probabilité d’une « 2e vague » était annoncée par les scientifiques. Pour être en capacité d’y répondre, il aurait fallu anticiper en recrutant massivement dans l’Hôpital public et dans l’École publique.
Au contraire, le ministre Blanquer a communiqué sur « une rentrée normale ». Il a tellement allégé le protocole sanitaire qu’il se limite actuellement au port du masque pour les seuls adultes et pour les élèves dès 11 ans. Par la suite, il s’est même avéré que les masques fournis par l’Éducation nationale étaient peu protecteurs et potentiellement toxiques.

Les enseignants seront encore au rendez-vous pour assurer leur mission. Mais nous n’acceptons vraiment plus d’être méprisés, mal protégés et ballottés d’une annonce à l’autre ! »