Santé

Tous ensemble « pour la dignité et la vie saine »

L’appel de l’ADÉFAR à la mobilisation des Réunionnais

LB / 28 décembre 2018

Ce jeudi 27 décembre sur le parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleuri, les responsables de l’ADÉFAR (Association pour la Défense des Agriculteurs de La Réunion) ont tenu une conférence de presse pour faire le point sur leur marche de 150 km qu’ils ont accomplie depuis La Plaine des Palmistes le 5 décembre jusqu’à Saint-Denis en passant par la côte Ouest « pour la dignité et la vie saine ». Annie-Claude Abriska, la présidente, ainsi que Daniel Bègue, Arnaud Babillon et Richemont Hoareau ont tiré les premières leçons de ce parcours militant, qui sera marqué le 18 janvier prochain par une dernière étape depuis le Conseil Régional jusqu’à Champ-Fleuri en passant par l’aéroport Roland Garros.

JPEG - 125.7 ko
Les responsables de l’ADÉFAR entourés de leurs sympathisants solidaires.

Entourés par plus d’une vingtaine de sympathisants solidaires de leur engagement, les responsables de l’ADÉFAR ont d’abord présenté le « sens de cette marche », destinée à « rendre hommage à notre ex-président Pascal Éthève, décédé en 2016 ; conscientiser la population sur la situation des éleveurs et de l’élevage à La Réunion ; interpeller les autorités politiques, civiles, administratives et religieuses sur la vérité faite concernant le scandale sanitaire dans les élevages à La Réunion, qui pose entre autres le problème de santé publique et de la sécurité alimentaire ; réclamer la même justice, les mêmes droits et les mêmes réparations pour nos éleveurs que pour ceux de la métropole ».

Ensuite, ils ont rappelé les « grandes phases et étapes » de la marche avec ses divers objectifs : « rencontrer et/ou interpeller les professionnels directement liés à l’élevage ; rencontrer la population pour échanger sur l’élevage et l’alimentation, recueillir des témoignages ; interpeller le monde administratif, politique et religieux ». D’où leurs « constats » (extraits) : « Notre île est sale : dépôts sauvages, déchets provenant des produits d’importation principalement. Tout est fait pour l’auto ; nuisance sonore, pollution. Comment se nourrir sainement dans les grandes surfaces ? ».

Et voici leurs « attentes » (extraits) : « Que le courrier et rapport remis par l’ADEFAR parviennent à l’ensemble des destinataires de chaque structure. Des réponses écrites à nos demandes écrites ou alors... des réponses orales sur le parvis des Droits de l’Homme. Une réparation morale, judiciaire et financière pour les éleveurs victimes. Une mobilisation plus large de la population autour de ces problèmes. Une conscientisation pour une agriculture respectueuse, des Hommes et de l’Environnement. Le respect par la France des 17 objectifs de développement durable dont elle est signataire par le biais des Nations Unies ».

En conclusion, ils ont présenté leur « fonnkèr, leitmotiv à chaque journée de marche » : « Allons Enfants citoyens de La Réunion, marchons ! Marchons, pour que le sang impur de ces animaux malades, contaminés, n’abreuve plus nos billons ; les cellules de nos corps ; notre Terre nourricière qu’est l’île de La Réunion, que nous aimons, que nous voulons protéger pour les générations futures et que nous avons à respecter ; car c’est d’elle que germe la VIE ! ».

L.B.