Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Santé

Un Rapport montre comment les pays préviennent les épidémies mondiales en enrayant la propagation des maladies infectieuses dès le début

Le deuxième numéro des « Épidémies qui n’ont pas eu Lieu » de Resolve to Save Lives souligne la nécessité de poursuivre les investissements dans la sécurité sanitaire

jeudi 13 octobre 2022


COVID-19 et les récentes épidémies de variole du singe et de polio ont mis en évidence la vulnérabilité du monde face aux maladies infectieuses. Et pourtant, chaque jour, les agents de santé publique enrayent les épidémies avant qu’elles ne se déclenchent. Le mois dernier encore, le Ghana a endigué sa première épidémie de virus de Marburg, qui est extrêmement contagieux, entraînant un taux de mortalité atteignant 88 %. Cet article, tout comme de nombreuses autres épidémies évitées, n’a pas fait la une des journaux.


Hier, Resolve to Save Lives a publié un nouveau rapport sur les « Épidémies qui n’ont pas eu lieu » révélant que les investissements dans la préparation, conjugués aux réponses rapides et stratégiques des autorités de santé publique, peuvent enrayer les épidémies, sauver des vies et prévenir la souffrance. Ce sont ces succès quotidiens qui font rarement l’objet de reportages. Le dernier rapport sur les « Épidémies qui n’ont pas eu Lieu » se consacre aux réponses efficaces face aux épidémies à travers le monde et présente le rendement des investissements dans les systèmes de santé, en termes de nombre de vies sauvées.

A La Réunion, les conditions d’ouverture de l’aéroport ont permis d’importer le coronavirus et ses variants avec des conséquences dramatiques.

« Les succès enregistrés par les professionnels de la santé publique de première ligne à travers le monde prouvent que le secteur de la santé publique fonctionne lorsque nous investissons dans le renforcement des systèmes de santé et en faisons une priorité, en particulier aux niveaux national et infranational », a déclaré le Dr Tom Frieden, président et directeur général de Resolve to Save Lives et ancien directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis. « Notre rapport révèle que les réponses n’ont pas nécessairement besoin d’être parfaites pour être efficaces, mais que des investissements soutenus dans la préparation peuvent faire la différence entre une épidémie maîtrisée et une épidémie dévastatrice pour une communauté, un pays ou le monde entier ». La préparation aux épidémies ne doit pas s’arrêter dès qu’une épidémie prend fin ».

Sauver des vies

Lorsque les épidémies ne sont pas encore maîtrisées, les résultats peuvent être catastrophiques tant sur le plan économique qu’en termes de pertes en vies humaines : selon les estimations, le coût mondial engendré par la COVID-19 atteint 20 000 milliards de dollars, auxquels s’ajoutent environ 20 millions de morts. Toutefois, des recherches menées par Resolve to Save Lives ont révélé qu’il faudrait débourser environ 124 milliards de dollars sur cinq ans pour que le monde soit beaucoup mieux préparé à faire face aux menaces de maladie : une aubaine qui pourrait sauver d’innombrables vies et préserver les économies.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus