La Réunion dans "Témoignages"

L’enjeu des accords ACP-UE

Paul Vergès au Parlement européen

Manuel Marchal / 7 décembre 2007

À l’occasion de l’ouverture de la session du Parlement européen, il était question des négociations des Accords de Lomé. Cette convention entre les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique devait ensuite fixer les règles du commerce entre la Communauté économique européenne composée à l’époque de neuf États-membres et les pays ACP.

PDF - 548.3 ko

Paul Vergès avait alerté les négociateurs de l’époque sur l’impact que pourrait avoir la Convention de Lomé sur La Réunion : « il ne pourrait être question d’opposer des pays sous-développés, qu’ils soient associés à la CEE comme les pays ACP, ou intégrés comme les "DOM" ».
Il a également expliqué aux autres parlementaires les raisons de la crise que connaît La Réunion : des structures économiques de type colonial.
En réponse, Claude Cheysson avait mis en avant la clause de sauvegarde, destinée à protéger l’économie des DOM de la concurrence éventuelle des pays ACP.
28 ans après ces négociations, d’autres se poursuivent et visent à aller plus loin dans l’intégration de l’Union européenne et des pays ACP dans un grand marché unique.
Pour éviter l’affrontement entre les économies et la mise en concurrence des travailleurs qu’implique l’idéologie du libre-échange, les pays de la COI proposent une alternative, celle du co-développement.

M. M.