La Réunion dans "Témoignages"

Quand partira le préfet Perreau-Pradier ?

La lutte pour le respect du suffrage universel

Manuel Marchal / 18 septembre 2007

La fraude massive et violente ne pouvait pas exister sans le soutien du représentant de l’État. Jean Perreau-Pradier symbolisait tout l’appareil répressif mis en place pour étouffer l’expression du suffrage universel à La Réunion afin de placer les candidats officiels, soutenus par le gouvernement.

Afin de provoquer des élections au résultat connu d’avance, ce préfet n’hésitait pas à révoquer des maires qui n’étaient pas de son camp politique.

PDF - 1.5 Mo

Pour le respect de leur dignité, les Réunionnais se sont mobilisés afin de faire entendre leur cause au plus haut lieu. 1958 a été l’année où a séjourné une Commission d’enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur les fraudes. Dans cette lutte, les Réunionnais n’étaient pas seuls, ils ont pu compter sur la solidarité de démocrates d’autres pays.
Dans son édition du 9 août 1958, "Témoignages" reproduit un article de "L’Humanité" qui demande le départ du préfet Perreau-Pradier. À travers cet article, c’est tout le peuple de France qui est informé des méthodes employées pour faire taire les Réunionnais.
Jean Perreau-Pradier a fini par quitter l’île. Mais comme le rappelle "Témoignages", son départ ne signifie pas la fin du combat. C’est tout un appareil qu’il a fallu mettre hors d’état de nuire. Les avancées de cette lutte ont été possibles grâce au rassemblement des Réunionnais.

M.M.