Santé vie pratique

De nouvelles options thérapeutiques contre la douleur

Destination Santé

Destination Santé / 31 octobre 2017

Des chercheurs de l’Université McGill [1], ont travaillé sur une nouvelle voie biologique intervenant dans les mécanismes de la douleur. Cette dernière pourrait mener à l’utilisation d’anticancéreux existants plutôt que d’opioïdes dans le traitement de la souffrance chronique.

JPEG - 33 ko
Photo Phovoir.

Les scientifiques ont découvert que les inhibiteurs du récepteur du facteur de croissance épidermique (R-EGF), utilisés dans le traitement du cancer du poumon, possèdent des propriétés analgésiques. Ces dernières seraient aussi puissantes que celles de la morphine. Une observation réalisée sur des rats fragilisés par une douleur chronique et inflammatoire. Les chercheurs doivent désormais répondre à deux questions : ces inhibiteurs sont-ils efficaces dans le traitement de la douleur chronique chez l’humain ? Quels sont les effets indésirables du médicament lorsqu’il est prescrit à la posologie nécessaire au soulagement efficace de la douleur ?

« En modifiant ou en perfectionnant ces médicaments, nous pourrons mettre au point des analgésiques efficaces beaucoup plus rapidement », explique le Pr Jeffrey Mogil, de l’Université McGill. « C’est extrêmement intéressant, car le R-EGF est l’une des protéines les plus étudiées en biomédecine en raison de son rôle important dans le cancer. Cette découverte nous permettra de mieux comprendre la physiopathologie moléculaire liée à la douleur chronique. » Prochaine étape, la mise au point d’essais cliniques chez l’homme pour évaluer l’efficacité des inhibiteurs du R-EGF.

© Agence Destination Santé

[1The Journal of Clinical Investigation, 8 août 2017