Santé vie pratique

Dermatite atopique sévère : mieux la comprendre, pour mieux la prendre en charge

Destination Santé

Destination Santé / 11 décembre 2017

Elle touche environ 100 000 adultes en France
 [1], elle altère la qualité de vie, elle isole et fait souffrir… C’est peu dire que la dermatite atopique sévère de l’adulte est loin d’être une affection banale de la peau. Une étude s’est justement intéressée à son retentissement dans la vie quotidienne des patients. Et une campagne de sensibilisation #MaPeauEstUnePrison révèle leur vécu douloureux.

JPEG - 53.1 ko
Photo Phovoir.

« La dermatite atopique est une maladie inflammatoire de la peau qui évolue par poussées imprévisibles », indique le Dr Caroline Jacobzone, dermatologue à l’hôpital de Lorient. Elle est caractérisée par une anomalie de la réponse immunitaire et une déficience de la barrière cutanée [2], [3]. « Elle se manifeste par l’apparition de plaques rouges sur la peau et de démangeaisons. Dans sa forme sévère, les traitements classiques ne fonctionnent plus. Les patients sont gênés quasiment tous les jours, avec des démangeaisons sévères. »

Ils vivent un véritable calvaire, comme le révèle l’étude eclA
 [4]. Au total, 1 000 patients souffrant de cette pathologie ont répondu à un questionnaire sur leur qualité de vie. Les résultats sont édifiants. « Plus la maladie est sévère, plus la qualité de vie est impactée, avec un fort retentissement sur la sexualité. Dans près de 70% des casErreur : source de la référence non trouvée, les patients subissent une baisse de leur libido, à cause de leur maladie ». Plus de 50% ne dort pas de façon correcte. « Ils ne parviennent pas à s’endormir. Ils ne cessent de se gratter ». Fort logiquement cette forme de dermatite provoque des troubles psychologiques. Près d’un patient sur deux [5] présente des symptômes d’anxiété ou de dépression.

Afin de mieux comprendre et de faire partager ce vécu, Sanofi Genzyme a développé une campagne nationale de sensibilisation #MaPeauEstUnePrison. Sur le site www.mapeauestuneprison.fr, vous retrouverez des témoignages de patients. « Ce type de campagne est toujours utile. Notamment pour les professionnels de santé qui se rendent mieux compte du vécu des patients. »

© Agence Destination Santé

[1Etude Epi-Aware (Epidemiology of Adults Patients With Atopic Dermatitis). Sanofi-Genzyme and Regeneron 2016, PGA (Patient Global Assessment)

[2Hello M et al Rev Med Interne. 2016 Feb ;37(2) :91-99

[3Etude de Zuberbier et al. 2006

[4Ezzedine K et al. Qualité de vie et fardeau de la Dermatite Atopique : une étude française... (Revue de Santé Publique, 13 juin 2017)

[5Simpson EL et al. J Am Acad Dermatol 2016Mar ;74(3) :491-498



Un message, un commentaire ?



Messages






  • depuis maintenant 11 mois je souffre de démangeaisons de mon cuir chevelu (de plus en plus) malgré les différents traitements et consultations, différents schampoins (aucun résultat) 2 dermatologues ( l’une m’a dit que c’était allergique m’a donné un traitement (aucun résultat) la 2ème m’a prescris pendant 3 semaines un schampoing sec à faire tous les jours) j’ai du l’arrêter j’avais de plus en plus de démangeaisons j’ai même vu un magnétiseur, m’a soulagé quelques heures. Je ne sais plus quoi faire, je vois mon médecin traitant qui ne sait plus quoi me prescrire. Je ne sais plus quoi faire. Avez vous une idée, elle serait franchement la bienvenue car mon moral finit par flancher sérieusement.

    Article
    Un message, un commentaire ?