Santé vie pratique

La pollution urbaine affecte la santé prénatale

Destination Santé

Destination Santé / 8 décembre 2017

Des bébés de faible poids de naissance ou de petite taille : chiffres à l’appui, des médecins britanniques confirment les effets néfastes de la pollution urbaine chez les femmes enceintes.

JPEG - 53.1 ko

Le Pr Mireille Toledano et son équipe de l’Imperial College de Londres [1] se sont basés sur le registre national des naissances. Ils en ont identifié 540 000 entre 2006 et 2010, à l’échelle de l’aire métropolitaine de Londres. En parallèle, les scientifiques ont recueilli des données concernant le domicile des mères au moment de la naissance. A savoir les concentrations en différents polluants tels que dioxyde d’azote et les particules fines (PM2.5, PM10…).

Résultat : une élévation du niveau de pollution – particulièrement en PM 2.5 – serait associée à une augmentation respective de 2% à 6% et de 1% à 3% du risque de donner naissance à un bébé de faible poids ou de petite taille. Les auteurs profitent de leur travail pour interpeller les pouvoirs publics de leur ville mais pas seulement – « toutes les grandes capitales européennes sont concernées », disent-il - sur l’importance de mettre en place des politiques de prévention.

[1BMJ 2017 ;359:j5299 | doi : 10.1136/bmj.j529