Santé vie pratique

Le bon moment pour apprendre à nager

Destination Santé

Destination Santé / 8 novembre 2017

La meilleure des préventions pour limiter les risques de noyade chez l’enfant, c’est une surveillance de tous les instants. A compléter, bien entendu, par le port de systèmes de flottaison adaptés dès qu’il se déplace à quatre pattes à proximité d’un plan d’eau.

JPEG - 55.3 ko

Oubliez d’emblée les bouées autour de la taille. Préférez-leur des brassards aux normes CE 13138-1 bien gonflés. Ou, mieux encore, un gilet de natation ou un Puddle Jumper. Ainsi équipé, d’abord dans vos bras puis à vos côtés, votre enfant va pouvoir dès 2-3 ans apprendre… à s’amuser dans l’eau. « C’est une première étape indispensable avant d’apprendre à nager à proprement dit », rappelle Lauriane Sutton, maître-nageur sauveteur. « L’objectif est que l’enfant prenne plaisir à se déplacer, qu’il n’ait pas peur de faire la planche sur le dos, de recevoir des éclaboussures ou de mettre la tête sous l’eau sous la supervision d’un adulte. »

Dans un second temps seulement, il sera prêt à apprivoiser les mouvements lui permettant de flotter et d’avancer à sa guise. Cet apprentissage peut généralement débuter vers 6 ans. « L’idéal est de passer par un maître-nageur diplômé d’Etat. Si l’enfant butte sur certaines difficultés, le professionnel sera plus à même de débloquer la situation », précise Lauriane Sutton. Il faut généralement compter entre 10 et 30 séances. Si vous préférez l’initier vous-même, équipez-le d’une ceinture dont vous enlèverez les flotteurs au fur et à mesure de ses progrès.

© Agence Destination Santé