Santé vie pratique

Maladie d’Alzheimer : des soins à domicile efficaces

Destination Santé

Destination Santé / 28 novembre 2017

Une nouvelle approche thérapeutique à domicile ciblant les patients atteints de démence ralentirait leur perte d’autonomie. Baptisée thérapie occupationnelle, elle consiste à guider, chez eux, les malades dans des exercices personnalisés.

JPEG - 36.6 ko
Photo Photographee.eu

Ralentir la perte d’autonomie et aussi réduire les troubles du comportement. Voilà les bénéfices de la thérapie occupationnelle destinée aux malades atteints d’une forme de démence, et notamment de la maladie d’Alzheimer. « Cette thérapie consiste à stimuler certaines activités de personnes malades ou à maintenir leur autonomie de manière sécurisée et efficace tout en tenant compte de leurs habitudes de vie et de leur environnement », précise l’INSERM. « Basée sur l’intervention d’ergothérapeutes, de psychomotriciens et d’assistants de soins en gérontologie, la prise en charge a lieu à domicile sur prescription médicale. »

« Son efficacité avait été démontrée dans quelques essais cliniques, mais elle ne l’avait pas été dans des conditions de soins de routine. » Voilà pourquoi un travail a été mené sur 421 patients atteints de démence. Ces derniers ont été suivis pendant 6 mois, dont 3 de prise en charge et 3 après la fin de l’intervention.

Une qualité de vie améliorée

Au terme de cette étude menée en conditions de vie réelles, des bénéfices cliniques significatifs ont été constatés chez les patients. Dans le détail, « les résultats indiquent que les troubles du comportement des malades, le temps passé par les aidants à s’occuper de leur proche malade et la charge émotionnelle associée à cette prise en charge, avaient significativement diminué au cours des 3 mois d’intervention et étaient stables après cette période », indiquent les auteurs.

Les performances cognitives des patients sont aussi restées stables au cours des 6 mois de l’étude. En revanche, l’autonomie fonctionnelle, restée stable aussi au cours des 3 mois d’intervention, était significativement réduite par la suite.

Une intervention précoce nécessaire

Dernier constat d’intérêt : la nécessaire précocité de l’intervention. « Les patients diagnostiqués les plus récemment retiraient le plus d’avantages en termes de déclin fonctionnel », notent les auteurs. « Ces découvertes suggèrent que la thérapie occupationnelle devrait concerner prioritairement les patients aux stades précoces de la maladie d’Alzheimer afin d’optimiser ses éventuels bénéfices cliniques. »

« Cette étude souligne le potentiel de cette prise en charge en termes de bien-être des patients et de leurs aidants », insistent les chercheurs. Conceptualisée comme une intervention à court terme à domicile, cette thérapie pourrait-elle apporter davantage de bénéfices sur le long terme ? Pour répondre à cette question, l’équipe de chercheurs de l’INSERM conduira un essai dans le but de comparer l’efficacité de la thérapie occupationnelle sur une période supplémentaire de 4 mois par rapport à la prise en charge habituelle telle que recommandée.

© 2017 Agence Destination Santé



Un message, un commentaire ?



Messages






  • je viens de lire cet article et j avoues etre revoltee de ce que je viens de lire mon pere est descede il y a 8 lours de la maladie alzheimeravec des crises de demences je l ai pris a domicile et je peux vous avouer que sans le vouloir je faisais de la maltraitance sans le vouloir car ces crises de demence le metait en danger alors quand je lis sur vos articles un maintien a domicille je penses que vous etes loin des realites meme dans une maison de retraite medicalise il ne savait pas comment faire merci de pouvoir m exprimer sur un sujet que je connais bien cordialement lovatel

    Article
    Un message, un commentaire ?