Santé vie pratique

Tabac : la double peine de l’exposition in utero chez les ados fumeurs

Destination Santé

Destination Santé / 27 novembre 2017

Une souris exposée au tabac peu après la puberté présente des altérations fonctionnelles respiratoires d’autant plus importantes qu’elle a déjà été victime de la cigarette in utero.

JPEG - 41.8 ko
Photo Phovoir.

Une équipe Inserm [1] a en effet tenté de préciser si le déclin de la fonction respiratoire était plus rapide lorsque le tabagisme actif à l’adolescence concernait des animaux aux capacités pulmonaires déjà altérées au cours de la gestation.

Après une exposition prénatale au tabac, les poumons des souriceaux étaient à la fois moins aptes à se distendre à l’inspiration et à reprendre leur forme à l’expiration. Par ailleurs, chez les souris âgées de 21 à 49 jours (ce qui correspond à l’adolescence), le tabac provoquait des altérations de la fonction respiratoire. Ces dernières étaient cependant bien moins importantes chez les rongeurs non exposés pendant la gestation.

Pour l’auteur de ce travail Christophe Delacourt, « le capital respiratoire est défini à la naissance. Dès lors, nous suivons un couloir d’évolution de nos capacités pulmonaires, qui croît jusqu’à la fin de l’adolescence et décroît ensuite tout au long de la vie. » Ainsi toute altération prénatale ou dans l’enfance va être déterminante pour le devenir respiratoire.

© 2017, Agence Destination Santé

[1Inserm, 27 janvier 2017