Santé vie pratique

Un anti-cholestérol montre un effet sur la plaque d’athérome

Destination Santé

Destination Santé / 11 décembre 2017

JPEG - 35.3 ko
Photo Phovoir.

Un congrès américain de cardiologie a présenté une nouvelle biothérapie anti-cholestérol (inhibiteur de PCSK9) a démontré un effet significatif sur l’athérosclérose (provoquée notamment par l’accumulation de cholestérol dans les artères), à l’origine d’événements cardio-vasculaires.

« L’athérosclérose coronaire, le fait d’avoir des dépôts contenant du cholestérol dans les artères coronaires est une cause d’accidents cardio-vasculaires », explique le Pr Denis Angoulvant du CHU de Tours. « Nous savons qu’il existe un lien entre le LDL-cholestérol (le mauvais cholestérol), la formation de plaques d’athérome dans les artères et l’infarctus du myocarde ». Il n’existe à l’heure actuelle aucun médicament capable d’éliminer complètement ces fameuses plaques. Même si, comme le précise le Pr Angoulvant, « il a été constaté que les statines à très fortes doses permettraient d’en réduire un peu le contenu en cholestérol ».

Selon la Fédération Française de Cardiologie, l’athérosclérose est une maladie qui dépend de plusieurs facteurs : l’âge, le sexe (les hommes ont un risque naturellement plus élevé que les femmes) ou l’hérédité. Il existe d’autres facteurs sur lesquels il est possible d’agir comme le tabagisme, l’hypercholestérolémie, l’hypertension artérielle, le diabète, la sédentarité ou encore l’obésité abdominale.

Une étude présentée parmi les sessions phares du congrès de la Nouvelle-Orléans a exploré l’effet d’un nouveau médicament sur l’athérosclérose. Cette étude a inclus 968 patients souffrant d’une maladie coronaire, traités par statines et recevant soit un placebo, soit une biothérapie anti-cholestérol de la classe des inhibiteurs de PCSK9. Les résultats montrent qu’au terme des 18 mois de suivi, le pourcentage du volume de la plaque d’athérome a significativement diminué chez les patients traités par le médicament.

Quel est le mécanisme d’action de l’anti-PCSK9 ?

Cette biothérapie d’Amgen appartient à une toute nouvelle classe thérapeutique. Ce médicament inhibe la protéine PCSK9 qui induit la dégradation des récepteurs chargés de capter le LDL-cholestérol circulant dans le sang.

Quelques chiffres

Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. On estime à 17,5 millions le nombre de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires, soit 31% de la mortalité mondiale totale. Parmi ces décès, on estime que 7,4 millions sont dus à une cardiopathie coronarienne et 6,7 millions à un AVC. En France, chaque année, 120 000 infarctus du myocarde1 sont recensés, lesquels sont à l’origine de 40 000 décès.

© Agence Destination Santé