Droits humains

120 réfugiés débarquent à Sainte-Rose

Des migrants arrivent à La Réunion après une éprouvante traversée

Témoignages.re / 14 avril 2019

Hier, un bateau transportant environ 120 réfugiés est arrivé dans le port de Sainte-Rose. L’état du navire ne lui permettait pas de parcourir les quelques dizaines de kilomètres le séparant du Port. A son bord, des femmes, des hommes et des enfants. Les migrants ont d’abord été parqués sur le quai avant d’être transportés en bus vers le gymnase de Duparc à Sainte-Marie, transformé en zone d’attente, c’est-à-dire en prison pour migrant où l’enfermement peut durer 20 jours. Souhaitons que le meilleur accueil soit réservé à ces personnes qui partagent tous un point commun avec les Réunionnais : ce sont des migrants. C’est le sixième navire de réfugiés abordant La Réunion en un peu plus d’un an.

JPEG - 66.4 ko
Image Réunion Première

Un bateau transportant environ 120 personnes est arrivé hier à Sainte-Rose après une traversée éprouvante. Voici les précisions concernant leur débarquement et la suite de la procédure indiquées dans un communiqué de la préfecture.

« Le samedi 13 avril 2019 vers 10h30 heure locale, un navire est signalé au centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion à 500 m au large de la côte de la commune de Sainte-Rose, au sud-est de La Réunion.

Au regard de la situation du navire et des doutes sur sa navigabilité, la décision a été prise de débarquer les migrants à Sainte Rose. La vedette de la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) de la station de Saint-Pierre, la vedette de la brigade nautique de la gendarmerie ainsi que les moyens nautiques du SDIS sont engagés sous la coordination du CROSS Réunion pour sécuriser ces opérations de débarquement.

Une fois ces opérations réalisées et après un premier contrôle sanitaire, les personnes seront prises en charge et transportées par autocar jusqu’aux zones d’attente de Sainte-Marie où les procédures de contrôle d’entrée sur le territoire seront conduites.
Environ 120 personnes, dont la nationalité n’est pas confirmée à ce stade, sont présentes à bord dont plusieurs femmes et enfants. »