Régression des droits humains sur le continent où se situe la France

L’Europe doit mettre fin à la répression contre les défenseurs des droits humains qui aident les réfugiés

1er mars

« Partout en Europe, des individus et des organisations sont confrontés à un harcèlement, une intimidation, une violence et une criminalisation croissants simplement pour avoir contribué à la protection des droits humains des réfugiés, des demandeurs d’asile et des migrants. Les États européens doivent mettre fin à cette répression », a déclaré le 29 février la Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Dunja Mijatović, en publiant une recommandation sur la situation des défenseurs des droits de l’homme qui aident les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants en Europe.

La Recommandation intitulée « Protéger les défenseurs : Mettre fin à la répression des défenseurs des droits de l’homme qui aident les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants en Europe », donne un aperçu des défis auxquels sont confrontés les défenseurs des droits de l’homme et définit les mesures que les États membres du Conseil de l’Europe devraient prendre pour les protéger.

Dans le contexte de politiques d’asile et de migration répressives, sécurisées et militarisées, les États négligent de plus en plus leurs obligations de garantir que les défenseurs des droits humains puissent travailler dans un environnement sûr et favorable. En conséquence, les défenseurs des droits humains engagés dans le sauvetage en mer, l’assistance humanitaire ou juridique, la surveillance des frontières, les reportages dans les médias, le plaidoyer et les litiges, ainsi que d’autres activités d’assistance aux réfugiés, aux demandeurs d’asile et aux migrants en Europe, sont soumis à de multiples formes de répression.

La Recommandation aborde les problèmes auxquels les défenseurs des droits de l’homme sont confrontés, parmi lesquels :

Rhétorique hostile et stigmatisante de la part de représentants du gouvernement, de parlementaires et de certains médias ;
Violence et menaces, et manque d’action des autorités pour y remédier ;
Criminalisation du travail humanitaire ou de défense des droits de l’homme auprès des réfugiés, des demandeurs d’asile et des migrants en raison d’une application trop large des lois sur le trafic illicite ;
Refus d’accès à des lieux cruciaux pour surveiller les droits de l’homme ou fournir une assistance, tels que les centres de détention et d’accueil et les zones frontalières.

« Les gouvernements européens devraient considérer les défenseurs des droits humains comme des partenaires clés pour garantir des politiques d’asile et de migration efficaces et respectueuses des droits humains. Au lieu de cela, ils les traitent avec hostilité. Cette politique délibérée porte atteinte aux droits humains des acteurs de la société civile et des personnes qu’ils servent. Par extension, cela porte atteinte au tissu démocratique des sociétés », a déclaré le Commissaire.

Pour inverser cette tendance répressive, le commissaire appelle à des mesures urgentes, notamment :

Réformer les lois, politiques et pratiques qui interfèrent indûment avec les activités des défenseurs des droits de l’homme ;
Veiller à ce que les lois sur le trafic illicite ne criminalisent aucune forme de droits de l’homme ou de travail humanitaire auprès des réfugiés, des demandeurs d’asile et des migrants ;
Lever les restrictions d’accès aux lieux et aux informations ;
Mettre fin à la rhétorique stigmatisante et désobligeante ;
Établir des procédures de sécurité efficaces pour les défenseurs confrontés à la violence et aux menaces et enquêter efficacement sur de tels incidents.

A la Une de l’actuImpasse du modèleUnion européenneRéfugiés

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?