Droits humains

Contre les inégalités chacun doit payer sa juste part d’impôts, affirme l’ONU

Commerce et révolution technologique ont changé la répartition des revenus au détriment des travailleurs

Témoignages.re / 21 juillet 2020

Lors de son intervention à l’occasion de la Journée Nelson Mandela, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a souligné l’importance de la justice fiscale : les plus riches doivent payer leur juste part d’impôt.

JPEG - 75.8 ko

Passant à l’inégalité contemporaine, M. Guterres a déclaré que l’essor du commerce et le progrès technologique ont contribué à « un changement radical et sans précédent dans la répartition des revenus ».
Les travailleurs peu qualifiés en paient le prix, a-t-il averti, et sont confrontés au « déferlement » des nouvelles technologies, à l’automatisation, à la délocalisation de la production et à la disparition des syndicats.

Diminution des ressources pour les services publics

Parallèlement, a-t-il poursuivi, les avantages fiscaux, l’évasion et la fraude fiscales restent très répandus et les taux de l’impôt sur les sociétés ont chuté. Cela a entraîné une diminution des ressources à investir dans les services qui peuvent permettre de réduire les inégalités : protection sociale, éducation et soins de santé.
Certains pays ont permis aux riches et aux personnes bien connectées de bénéficier des régimes fiscaux, mais « chacun et chacune - particuliers et sociétés - doit contribuer à la hauteur de ses moyens », a déclaré M. Guterres, et les gouvernements doivent s’attaquer au « cercle vicieux » de la corruption, qui affaiblit les normes sociales et l’État de droit, et transférer la charge fiscale imposée aujourd’hui à la masse salariale pour qu’elle vise plutôt les émissions de carbone, ce qui aiderait à faire face à la crise climatique.