Droits humains

Coronavirus et respect du confinement : l’égalité sociale obtenue par le PCR a protégé les plus pauvres du COVID-19

Un rapport de l’OIT appelle à un soutien international urgent pour investir massivement dans la protection sociale dans le monde

Témoignages.re / 25 avril 2020

Les pays dotés de systèmes de santé et de protection sociale efficaces sont mieux préparés à faire face à la pandémie, estime un rapport de l’Organisation internationale du Travail. Ceci rappelle que cette protection sociale est le facteur essentiel qui permet de réussir le confinement d’un pays où plus de 40 % de la population est en-dessous du seuil de pauvreté. Autrement dit, si le PCR n’avait pas lutté pour l’égalité sociale, la majorité de la population urbaine réunionnaise devrait choisir entre souffrir de la faim en restant confinée, ou prendre le risque d’attraper le coronavirus en étant obligée de sortir pour trouver l’argent pour se nourrir.

JPEG - 34.5 ko
Grâce au combat du PCR pour l’égalité sociale, les Réunionnais n’ont pas à faire ce choix.

Les gouvernements, ainsi que les partenaires sociaux et les autres parties prenantes, devraient utiliser la crise du COVID-19 comme un signal d’alarme pour renforcer leurs systèmes de protection sociale, a déclaré l’Organisation internationale du Travail.
Une analyse montre que les pays qui ont mis en place des systèmes de santé et de protection sociale efficaces et qui offrent une couverture universelle sont mieux équipés pour protéger leurs populations des menaces à leurs moyens de subsistance posées par COVID-19. Cependant, les pays qui ne disposent pas d’un solide système de santé et de protection sociale devront élaborer des politiques et des interventions de manière ponctuelle, ce qui entraînera probablement une réponse limitée et retardée.
« La pandémie a révélé de graves lacunes dans les systèmes de protection sociale dans le monde, en particulier pour certaines catégories de travailleurs, tels que les travailleurs à temps partiel, les travailleurs temporaires et les travailleurs indépendants, dont beaucoup dans l’économie informelle », explique Shahra Razavi, Directeur du Département de la protection sociale de l’OIT. « La protection sociale doit être considérée comme un investissement et non comme un coût supplémentaire. Il joue un rôle vital en tant que tampon social et stabilisateur économique. »

Risque d’accroissement des inégalités

Outre la perte tragique de vies humaines, la pandémie devrait accroître la pauvreté et les inégalités, avec des effets particulièrement néfastes pour les personnes âgées, les personnes handicapées et les maladies chroniques, les travailleurs migrants et les personnes déplacées de force, indique le rapport.
De nombreux pays ont mis en œuvre des réponses de politique nationale de protection sociale à la crise, qui ont porté sur un large éventail de domaines. Ils ont étendu les prestations de maladie financées par la fiscalité générale aux travailleurs qui n’auraient pas autrement droit ; utilisé leurs régimes de protection contre le chômage pour aider les entreprises à retenir les travailleurs par le biais de régimes de chômage partiel, octroyé des prestations de chômage aux travailleurs licenciés, y compris à ceux qui ne seraient autrement pas éligibles à l’assurance-chômage, et fourni un soutien du revenu aux familles. D’autres ont fourni des avantages en nature, tels que des produits alimentaires ou des repas ou des transferts en espèces pour garantir l’accès à la nourriture.

Solidarité internationale nécessaire

Entre le 1er février et le 17 avril 2020, 108 pays et territoires ont annoncé au moins 548 mesures de protection sociale pour atténuer l’impact dévastateur des pertes d’emplois et de moyens de subsistance.
Environ un cinquième (19,3%) concerne les allocations / allocations sociales spéciales, suivies de près par les mesures relatives à la protection contre le chômage (15,7%), la santé (9,5%) et la distribution de nourriture (9,1%).
Plus des deux tiers des pays d’Europe et d’Asie centrale ont mis en œuvre des mesures de protection sociale en réponse à la pandémie, plus de la moitié des pays des Amériques et près de la moitié des pays d’Asie. En Afrique, plus d’un tiers des pays l’ont déjà fait et environ un tiers des États arabes.
Le rapport souligne qu’une couverture sociale et sanitaire insuffisante met non seulement en danger les pays concernés mais l’ensemble de la communauté internationale. Dans de tels cas, les pays devraient bénéficier d’un soutien international urgent afin qu’ils puissent adopter des mesures d’urgence pour renforcer les capacités de leurs systèmes de santé et de protection sociale - notamment en garantissant l’accès aux soins de santé et au soutien du revenu.