Droits humains

Coronavirus : mesures pour l’aide aux personnes vulnérables

L’action sociale en première ligne contre l’épidémie

Témoignages.re / 3 avril 2020

Lors d’une conférence de presse hier, l’État a présenté sa contribution à la protection des personnes vulnérables face au coronavirus.

JPEG - 103.9 ko
Les CCAS, ici celui de Sainte-Suzanne, sont en première ligne face à l’épidémie.

La situation de crise a entraîné une augmentation forte de la demande sociale et a nécessité une mobilisation rapide de tous les partenaires : services de l’Etat, conseil départemental, CAF, CGSS, bailleurs sociaux, communes, CCAS, associations et bénévoles…
La poursuite et /ou le renforcement des actions de lutte contre la précarité porte prioritairement sur : l’accès aux droits et le maintien des prestations sociales, l’accès aux soins, l’accès aux biens de première nécessité, la mise en sécurité des personnes sans abri, la protection des femmes victimes de violences avec leurs enfants et le soutien aux personnes isolées.
Une véritable chaîne de solidarité s’est mise en mouvement, avec en première ligne les centres communaux d’action sociale (CCAS), les professionnels et les bénévoles des associations de solidarité dont il faut saluer l’engagement malgré des conditions d’intervention difficiles. Les 24 CCAS de l’île ont reçu et vont continuer de recevoir l’appui renforcé des autres collectivités et des autres opérateurs publics.

Protection des femmes victimes de violences avec leurs enfants

Le risque dans cette période de confinement est de voir s’aggraver les violences intrafamiliales. Les lieux d’accueil et d’hébergement dédiés déjà existants étant déjà fortement sollicités, la CAF et l’Etat ont ouvert un centre temporaire spécialisé dans l’accueil des femmes victimes de violences avec leurs enfants.
Ce centre temporaire spécialisé dispose d’une capacité d’accueil de 30 places. Opérationnel depuis mercredi 25 mars, 5 familles ont déjà été orientées.

Mise en sécurité des personnes vulnérables

Maintien de l’activité des 25 centres d’hébergement, soient 686 places sur le département : centre d’hébergement et de réinsertion sociale, structure d’accueil d’urgence temporaire (SAUT), abris de nuit, hébergement d’insertion…
L’accueil de jour en faveur des personnes sans abri dans les boutiques solidarités est également maintenu (Saint-Denis, Saint-Pierre et Saint-Joseph).
Ouverture de lieux d’accueil 24h/24h dans plusieurs communes, au titre de l’état d’urgence sanitaire, pour la mise en sécurité des personnes sans abri.
Ces lieux permettent aux sans-abris qui le souhaitent, de pouvoir s’abriter, se nourrir et assurer une hygiène minimum. L’Etat coordonne avec le 115 et les CCAS des communes la mise en place de ces accueils. Un effort particulier a été porté sur les 3 communes les plus peuplées :
• Sur Saint-Denis : 17 personnes sont à ce jour accueillies (capacité 21 places). Le CCAS gère le dispositif avec la Fondation Abbé Pierre.
• Sur Saint-Paul, un accueil pour 27 personnes est en cours de mise en œuvre dans les locaux administratifs de l’ancien hôpital Gabriel Martin.
• Sur Saint-Pierre, ouverture du gymnase Casabona pour l’accueil de 20 sans-abris. Géré par le CCAS avec l’aide de l’association Sainte-Thérèse.
A ce jour, 12 communes ont ouvert des solutions alternatives de mise en sécurité pour les personnes sans abri. 5 communes sont en cours de finalisation du dispositif. Une trentaine de personnes ont été mises à l’abri depuis le début du confinement.
Ouverture d’un centre d’hébergement de 20 places spécialisé pour les personnes sans-abris malades non graves contaminés par le coronavirus.
Le centre est géré par la Croix Rouge. Il pourra être étendu si besoin, et accueillir des personnes seules comme des familles.

Renforcement de l’aide alimentaire

Les CCAS et les associations distributrices d’aide relèvent une augmentation forte de la demande de colis alimentaires et de produits de première nécessité. La plupart des associations et antennes distributrices ont pu poursuivre leur action en étant portées par des bénévoles investis. La Région et le Département viennent d’apporter un soutien financier renforcé pour compléter l’intervention de l’Etat.
L’Etat va intervenir auprès des producteurs notamment les industriels de la filière agroalimentaire pour accentuer leurs donations auprès de la Croix-Rouge et de la Banque Alimentaire. Il faut demeurer vigilant et veiller par une évaluation de la situation sociale à réserver les colis alimentaires aux ménages les plus démunis. En ce sens il est fait appel à la responsabilité de chacun.

Accompagnement des personnes vulnérables et les majeurs protégés

Les CCAS ont réadapté leurs services avec l’aide des associations, avec pour la majorité d’entre eux la mise en place de permanences téléphoniques, le renforcement du service de portage de repas, la distribution et livraison de denrées de première nécessité, de médicaments, de l’attestation de déplacement, aide pour les visites chez le médecin, l’accompagnement pour les courses…
L’Etat s’est assuré de la continuité du service aux personnes sous tutelle. Les mandataires ont mis en place un suivi régulier par téléphone de la situation des majeurs protégés. Les professionnels, si besoin, se rendent au domicile de la personne protégée pour apporter le soutien nécessaire.

Maintien dans le logement et mobilisation des bailleurs sociaux

L’Etat, par les ordonnances du 23 mars a décidé la prolongation de deux mois de la période de suspension des expulsions locatives, La fin de la trêve est donc reportée au 15 juin 2020.
Les bailleurs sociaux se sont également mobilisés afin d’une part de maintenir les services dans les quartiers prioritaires : permanence téléphonique, gardiens, ramassage des ordures… et d’autre part d’activer les partenariats essentiels à destination de leurs publics sensibles (personnes âgées, isolées…).

Mobiliser les bonnes volontés avec la plate forme : # Je veux aider :

La plate-forme #Je veux aider, permet à chaque citoyen, qui a aujourd’hui du temps disponible et une volonté d’agir, de venir en aide concrètement sur 4 domaines : l’aide alimentaire et d’urgence, la garde exceptionnelle d’enfants, le lien avec les personnes fragiles isolées, la solidarité de proximité : https://covid19.reserve-civique.gouv.fr/.

Plates-formes d’écoute et d’orientation

3919 : Violences Femmes Info, numéro gratuit depuis un fixe ou un portable. Du lundi au samedi
119 : Enfance en danger, numéro gratuit depuis un fixe ou un portable, accessible 24h/24 et - 7j/7 arretonslesviolences.gouv.fr : plateforme de signalement en ligne des violences conjugales, sexuelles, sexistes, gratuite, anonyme, sécurisée - 24h/24, 7j/7.
Ecoute médico-psychologique : 0800 200 840
lancement d’un numéro vert régional d’écoute de soutien médico-psychologique à la population, mais également, aux professionnels de santé qui en ressentent le besoin. Numéro gratuit du lundi au vendredi de 9h00 à 18h00. Un service proposé par l’Établissement Public de Santé Mentale de La Réunion et la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique Océan Indien, avec le soutien de l’ARS de La Réunion.