Droits humains

COVID-19 : des années de progrès pour les femmes et les filles pourraient être perdues, affirme l’ONU

Lutte contre les inégalités

Témoignages.re / 2 septembre 2020

Soulignant l’impact socio-économique dévastateur du COVID-19 sur les femmes et les filles dans le monde, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a appelé lundi à un effort majeur pour éviter que des « années, voire des générations » de progrès sur l’autonomisation des femmes ne soient perdues pour la pandémie de coronavirus.

JPEG - 73.5 ko

Dans un discours prononcé lundi lors d’un rassemblement virtuel avec des jeunes femmes d’organisations de la société civile, le Secrétaire général de l’ONU a déclaré que la pandémie mondiale de coronavirus avait déjà inversé des décennies de progrès limités et fragiles en matière d’égalité des sexes et de droits des femmes.
« Sans réponse adaptée, nous risquons de perdre une génération ou plus de gains », a-t-il averti.
António Guterres a souligné le rôle vital joué par les femmes, en tant que travailleurs de la santé, personnel essentiel, enseignants et soignants, aidant des millions de personnes dans le monde - à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de leurs maisons.

Violences sexistes et sociales

Cependant, ce rôle essentiel n’est pas reconnu en raison des inégalités. Dans le même temps, de nombreuses femmes travaillant dans le secteur informel ont été plongées dans l’insécurité financière, sans revenu régulier ni filets de sécurité sociale efficaces.
« La pandémie a révélé l’ampleur de son impact sur la santé physique et mentale, l’éducation et la participation au marché du travail », a déclaré António Guterres, au milieu de rapports inquiétants du monde entier faisant état de la montée en flèche de la violence sexiste, « car de nombreuses femmes sont effectivement confinées avec leurs agresseurs, tandis que les ressources et les services de soutien sont redirigés ».
« En bref, la pandémie expose et exacerbe les obstacles considérables auxquels les femmes sont confrontées pour faire valoir leurs droits et réaliser leur potentiel », a-t-il déclaré.
La réunion publique de lundi fait régulièrement partie du calendrier des Nations Unies, mais elle est généralement organisée en marge de la session annuelle de la Commission de la condition de la femme. Cette année, cependant, il a été reporté en raison de la pandémie et organisé virtuellement, avec la participation à distance de milliers de femmes activistes et défenseurs des droits des femmes.

Témoignages

Martha, une militante polonaise, a évoqué la montée du populisme et du nationalisme en Europe qui met en péril la démocratie et les droits de l’homme. Elle se demande comment relever ce défi, en particulier dans un contexte de crise mondiale.
Nina de Géorgie a reconnu que le travail des femmes est sous-évalué et que la pandémie leur a conféré des responsabilités supplémentaires.
« Alors que nous essayons de découvrir ce qu’une pandémie a causé, je pense qu’il est important pour nous de comprendre une fois de plus les barrières invisibles auxquelles les femmes sont confrontées pour leur autonomisation économique », a-t-elle déclaré.
Certains participants ont soumis des questions écrites qui ont été lues par Phumzile Mlambo-Ngcuka, responsable d’ONU Femmes, l’agence des Nations Unies qui promeut l’égalité des sexes dans le monde.
Les questions soulevées ont porté sur l’augmentation des grossesses chez les adolescentes pendant la pandémie, la protection des défenseurs des droits humains, le soutien aux personnes handicapées et la nécessité de lutter contre le racisme.
« Nous sommes ravis que les femmes du monde entier aient cette occasion de parler au Secrétaire général de l’ONU à ce moment de leurs problèmes et préoccupations, et de l’entendre », a déclaré Mme Mlambo-Ngcuka, qui a été la modératrice de l’événement.
« La société civile et les mouvements de femmes sont des partenaires indéfectibles dans la volonté de dénoncer et de lutter contre les inégalités qui se sont creusées sous le COVID-19, et de placer les femmes au centre du redressement. »