Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Droits humains

Des dizaines de réfugiés morts au Maroc et aux États-Unis : l’ONU appelle au respect des droits de tous les migrants

Pendant que des millions de migrants ukrainiens sont accueillis à bras ouvert par les gouvernements de l’UE et des États-Unis

jeudi 30 juin 2022


La mort d’au moins 23 migrants cherchant à rejoindre le territoire espagnol depuis le Maroc devrait faire l’objet d’une enquête urgente, a déclaré mardi le bureau des droits de l’homme de l’ONU, le HCDH, réagissant également aux informations faisant état dans la nuit d’au moins 50 migrants retrouvés morts dans un camion dans au Texas, dans le Sud des États-Unis.


La responsable du Haut commissariat des droits de l’Homme de l’ONU a exhorté le Maroc et l’Espagne à veiller à ce que les droits humains des migrants soient protégés à leur frontière commune et à ce que les douaniers s’abstiennent de tout recours excessif à la force.
L’incident frontalier entre le Maroc et l’Espagne s’est produit vendredi dernier lorsque des migrants africains auraient été « battus à coups de matraque, à coups de pied, bousculés et attaqués à coups de pierres par des responsables marocains », a déclaré la porte-parole du HCDH, Ravina Shamdasani, alors qu’ils tentaient d’escalader la clôture de barbelés qui sépare le Maroc de Melilla, enclave espagnole sur le continent africain.
« Il s’agit du plus grand nombre de décès enregistrés en un seul incident depuis de nombreuses années de migrants tentant de traverser du Maroc vers l’Europe via les enclaves espagnoles de Melilla et Ceuta », a-t-elle déclaré. « 140 gardes-frontières marocains auraient également été blessés."

Appel à une enquête au Maroc

La responsable du HCDH a exhorté le Maroc et l’Espagne à veiller à ce que les droits humains des migrants soient protégés à leur frontière commune et à ce que les agents des frontières s’abstiennent de tout recours excessif à la force.
Une enquête indépendante est nécessaire au vu des « récits concurrents » de ce qui s’était passé, a déclaré Ravina Shamdasani qui a appelé Maroc et Espagne « à prendre toutes les mesures nécessaires aux côtés de l’Union européenne, de l’Union africaine et d’autres acteurs internationaux et régionaux concernés – pour garantir la mise en place de mesures de gouvernance frontalière fondées sur les droits de l’homme », a poursuivi Ravina Shamdasani. « Il s’agit notamment de l’accès à des voies de migration sûres, de l’accès à des évaluations individualisées et de la protection contre les expulsions collectives et le refoulement, ainsi que contre les arrestations et détentions arbitraires ».

Tragédie aux États-Unis

Ravina Shamdasani s’est dite choquée par les informations selon lesquelles au moins 50 corps de migrants, selon les dernières informations, auraient été retrouvés dans un camion abandonné à la périphérie de San Antonio, au Texas, apparemment après avoir traversé la frontière avec le Mexique.
Les rapports indiquent que les migrants décédés comprenaient au moins 24 Mexicains, 7 Guatémaltèques et 2 Honduriens, qui avaient subi un coup de chaleur. Quatre enfants figuraient parmi ceux qui ont été retrouvés vivants et transportés à l’hôpital pour y être soignés. Trois personnes ont été arrêtées en lien avec cet horrible incident.
« Ce n’est pas la première tragédie de ce type, et cela illustre à nouveau le besoin critique de voies de migration régulières et sûres ainsi que la responsabilité des personnes dont la conduite a directement conduit à de telles pertes de vie », a déclaré la responsable du HCDH.


Mur dressé par le gouvernement des Etats-Unis à la frontière du Mexique.



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus