Droits humains

Des milliards de personnes ont encore du mal à satisfaire leurs besoins essentiels

Malgré le déclin de l’extrême pauvreté

Témoignages.re / 18 octobre 2018

Les progrès économiques dans le monde signifient que même si moins de personnes vivent dans l’extrême pauvreté, près de la moitié de la population mondiale - 3,4 milliards de personnes - lutte toujours pour satisfaire ses besoins essentiels, a déclaré la Banque mondiale dans un rapport publié au End Poverty Day célébré mercredi.

JPEG - 132.4 ko
Photo Toniox.

Vivre avec moins de 3,20 dollars par jour reflète les seuils de pauvreté dans les pays à revenu moyen-inférieur, tandis que 5,50 dollars par jour reflète les normes en vigueur dans les pays à revenu moyen-supérieur, a déclaré la Banque mondiale (BM) dans son rapport biennal sur la Pauvreté et la Prospérité partagées, « Piecing Together the Poverty Puzzle ».
Selon le rapport, la part de la population mondiale vivant dans l’extrême pauvreté est tombée à 10% en 2015, mais le rythme de réduction de l’extrême pauvreté a ralenti, a averti la Banque, le 19 septembre. Cependant, étant donné que la croissance économique signifie qu’une proportion beaucoup plus grande des pauvres du monde vit maintenant dans des pays plus riches, des seuils de pauvreté supplémentaires et une compréhension plus large de la pauvreté sont indispensables pour la combattre pleinement, a indiqué le rapport.
« Mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 et renforcer la prospérité partagée sont nos objectifs et nous restons attachés à ces objectifs », a déclaré le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. « En même temps, nous pouvons avoir une vision plus large de la pauvreté à différents niveaux et dimensions dans le monde. Ce point de vue révèle que la pauvreté est plus répandue et enracinée, soulignant l’importance d’investir dans les populations.
Alors que les taux d’extrême pauvreté ont considérablement diminué, passant de 36% en 1990 à la baisse, l’examen approfondi de la nature de la pauvreté présenté dans le rapport montre bien l’ampleur du défi que représente son élimination.
Plus de 1,9 milliard de personnes, soit 26,2% de la population mondiale, vivaient avec moins de 3,20 dollars US par jour en 2015. Près de 46% de la population mondiale vivent avec moins de 5,50 dollars par jour.

Quelle prospérité partagée ?

Dans ses aperçus régionaux, le rapport indique qu’un tiers des pays de l’Afrique subsaharienne ont connu une croissance négative de leurs revenus pour les 40 % les plus pauvres de leur population.
La région de l’Afrique qui compte le plus grand nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté, a presque doublé entre 1990 et 2015, l’une des plus fortes augmentations de population ayant eu lieu entre moins de 3,20 dollars US et plus de 1,90 dollar US. Les pauvres ont souffert de multiples privations telles que la faible consommation et l’absence d’accès à l’éducation et aux services d’infrastructure de base.