Droits humains

Emmanuel Macron qualifie de « crime contre l’humanité » les faits d’esclavage en Libye...

Conséquence de la guerre lancée en 2011

Jean / 25 novembre 2017

Extrait de la déclaration d’Emmanuel Macron, président de la République, mercredi dernier : « Depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, les passeurs, profitent du vide sécuritaire et d’une impunité totale en Libye. » 

JPEG - 22.3 ko

MM. Sarkozy et son “messager de paix”,BHL ont déstabilisé la Libye pour — nous assuraient-ils —, mettre fin à la tyrannie de Kadhafi et installer la démocratie.

En réalité, nos deux compères et le 3e larron David Cameron souhaitaient rapidement mettre (remettre) la main sur les gisements d’hydrocarbure libyens et priver de l’aide libyenne les mouvements africains souhaitant se dégager de la Françafrique et de l’influence britannique soutenant des dirigeants corrompus soumis aux diktats occidentaux. Et qu’importe si cet “apport de démocratie” a engendré un chaos tel qu’il débouche sur un retour de l’esclavage, crime contre l’humanité. Tout comme leurs aînés Français et Britanniques avant eux, le sémillant philosophe et l’ex-président n’en ont pas perdu le sommeil : après tout ce ne sont que des Africains qui, une fois de plus, en font les frais !

La loi qui s’applique à tous, sur le territoire de la République, est aussi sévère pour l’auteur d’un crime que pour son complice. Par contre, en droit international, ces principes — même réaffirmés avec force — ne s’appliquent que bien trop rarement à l’encontre des agresseurs occidentaux.

Jean