Droits humains

L’année 2020 le millésime féminin !

Journée internationale des droits des femmes

Julie Pontalba / 7 mars 2020

En suivant les déplacements du Kolektif Vanina contre les violences faites aux femmes, en lisant l’appel public de Stephane Marcy à voter aux municipales pour une femme, Firose Gador, l’idée nous est venue de consacrer un numéro spécial à l’émancipation de la Femme, à l’occasion de ce 8 mars 2020. Nous avons choisi l’angle social et politique. Nous remercions tous les contributeurs pour leur dévouement. Merci Témoignages, un journal qui n’a jamais baissé la garde. La lutte pour l’émancipation et les droits de la femme est l’affaire de tous !

JPEG - 92.2 ko

Dès le début de son peuplement, La Réunion était régie par des régimes politiques qui reposaient sur la violence et la domination. La seule période de l’Esclavage a duré 2 siècles. A son abolition, en 1848, les affranchis masculins ont eu le droit de voter, mais pas les femmes. Les femmes ont voté pour la première fois en 1945, soit 97 ans après. Pourquoi ? C’était la norme. Les inégalités ont traversé les époques et les mœurs. Aujourd’hui, encore, l’égalité entre nous, Réunionnaises-Réunionnais, n’est toujours pas la règle.

Jusque-là, nous avons obtenu le droit d’être libre mais la Liberté sans Egalité ne remet pas en cause l’héritage de la domination qui conduit à l’atteinte morale et physique, parfois, au crime. La violence contre les Femmes fait partie de cet héritage. Pour faire changer ces normes inadmissibles, nous croyons à la pression populaire. Les médias et les collectivités doivent changer de discours pour faire évoluer le statut de la femme dans la société. Les parlementaires peuvent s’inspirer des mesures innovantes des systèmes juridiques d’autres pays comme l’espagnol.

En matière de citoyenneté, un grand pas a été fait avec la parité sur des listes électorales mais celle-ci s’arrête au moment du partage des responsabilités. Cette année nous pouvons agir pour que des femmes réunionnaises de sensibilité sociale soient élues Maire. Nous pouvons faire de 2020 une année de rupture historique.

Julie Pontalba,
Professeur de Mathématiques,
Membre du Parti communiste Réunionnais