Droits humains

L’impact du coronavirus sur les populations autochtones au-delà des menaces pour la santé

Les droits au développement, à l’autodétermination et aux terres, territoires et ressources doivent être garantis

Témoignages.re / 20 mai 2020

La pandémie de COVID-19 a un impact dévastateur sur les peuples autochtones du monde qui va bien au-delà de la menace immédiate pour leur santé, a déclaré lundi le nouvel expert indépendant des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

JPEG - 69.6 ko

« Je reçois chaque jour plus de rapports de tous les coins du monde sur la façon dont les communautés autochtones sont affectées par la pandémie de COVID-19 et cela m’inquiète profondément de voir que ce n’est pas toujours une question de santé », a déclaré José Francisco Cali Tzay, expert indépendant des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
Dans une déclaration faite lundi, le Rapporteur spécial - un Maya Kaqchikel du Guatemala qui a pris ses fonctions le 1er mai - a exhorté les gouvernements du monde entier à veiller à ce que les peuples autochtones aient accès aux informations sur le COVID-19 dans leurs langues.

Considérations culturelles

Des mesures spéciales urgentes doivent également être mises en place pour garantir la disponibilité et l’accès à des services médicaux culturellement adaptés, a-t-il ajouté, soulignant que les structures de santé publique sont souvent trop rares dans les communautés autochtones.
Les droits au développement, à l’autodétermination et aux terres, territoires et ressources doivent également être garantis, afin que les peuples autochtones puissent gérer la crise et faire progresser le développement durable et la protection de l’environnement.
M. Cali Tzay a déclaré que dans de nombreux pays, les états d’urgence exacerbent la marginalisation des communautés autochtones - et dans les situations les plus extrêmes, la militarisation de leurs territoires a lieu.
« Les peuples autochtones se voient refuser leur liberté d’expression et d’association, tandis que les intérêts commerciaux envahissent et détruisent leurs terres, territoires et ressources », a-t-il déclaré.

L’autonomie gouvernementale aide à résister

Dans certains pays, a-t-il déclaré, les consultations avec les peuples autochtones - ainsi que les évaluations de l’impact sur l’environnement - sont brutalement suspendues afin de forcer la réalisation de mégaprojets liés à l’agro-industrie, aux mines, aux barrages et aux infrastructures.
« Les peuples autochtones qui perdent leurs terres et leurs moyens de subsistance sont poussés davantage dans la pauvreté, des taux de malnutrition plus élevés, le manque d’accès à l’eau potable et à l’assainissement, ainsi que l’exclusion des services médicaux, ce qui les rend particulièrement vulnérables à la maladie », a-t-il expliqué. m’a dit.
Les communautés autochtones qui ont réussi à mieux résister à la pandémie de COVID-19 sont celles qui ont atteint l’autonomie gouvernementale, ce qui leur permet de gérer leurs terres, territoires et ressources, et d’assurer la sécurité alimentaire grâce à leurs cultures traditionnelles et à la médecine traditionnelle, a-t-il noté..
« Aujourd’hui plus que jamais, les gouvernements du monde entier devraient aider les peuples autochtones à mettre en œuvre leurs propres plans de protection de leurs communautés et à participer à l’élaboration d’initiatives nationales pour garantir que celles-ci ne soient pas discriminatoires à leur encontre », a-t-il déclaré.