Droits humains

L’UNFPA pour l’accélération de la lutte contre les mariages précoces en Afrique

Mariage des enfants

Témoignages.re / 27 octobre 2017

Le directeur régional du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Mabingué Ngom, a plaidé mercredi à Dakar pour une accélération de la lutte contre le mariage des enfants en se félicitant toutefois des avancées enregistrées dans certains pays.

JPEG - 30 ko

« Si nous continuons à ce rythme, nous allons mettre 100 pour éradiquer le mariage des enfants. Si nous voulons respecter l’échéance de 2030 nous devons aller huit fois plus vite. Nous devons accélérer la cadence », a-t-il déclaré. « Nous devons mettre en exergue les bonnes pratiques et les amplifier. Il faut des actions d’envergure si nous voulons gagner la lutte contre les mariages précoces », a-t-il ajouté.

Parmi ces « actions d’envergure », M. Ngom préconise une approche plus didactique qui implique davantage tous les segments de la société en tenant compte des réalités socio-culturelles. « Il faut un argumentaire plus convainquant. Il fait expliquer, sensibiliser les communautés pour les amener à comprendre et à accepter les changements voulus en sachant qu’ils sont nécessaires, ont de la valeur pour elles et vont améliorer leur sort. Nous devons faire en sorte que les communautés s’approprient la lutte », a estimé le directeur régional de l’UNFPA.

M. Ngom a salué le déroulement de la conférence de Dakar sur le mariage des enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre qui prend fin ce mercredi après trois jours de travaux. « La rencontre de Dakar a été une bonne chose et elle s’est bien déroulée. Elle nous a permis réunir les grands décideurs, de procéder à des échanges d’expériences et de repositionner la question sur le mariage des enfants au niveau national et international », a-t-il dit.

Comme la plupart des participants à la conférence de Dakar, M. Ngom estime que la scolarisation des filles est un moyen efficace de lutter contre les mariages précoces. « Je crois que l’éducation est une solution miracle qui peut valoriser la femme. Elle règle la question du mariage des enfants, le problème des grossesses précoces, mais aussi tous les problèmes liés à la santé de la reproduction », a déclaré le responsable de l’UNFPA pour l’Afrique de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. M. Ngom est convaincu que la lutte contre le mariage des enfants passe par un engagement politique plus affirmé des Etats et une coopération internationale.