Droits humains

« La crise alimentaire en Somalie, au Soudan du Sud, au nord-est du Nigeria et au Yémen loin d’être terminée »

Selon l’UNICEF

Témoignages.re / 24 juin 2017

L’annonce bienvenue de la fin des conditions de famine au Soudan du Sud cette semaine ne devrait pas distraire du fait que l’insécurité alimentaire grave continue de mettre en danger la vie de millions d’enfants dans le Nord-est du Nigeria, de la Somalie, du Soudan du Sud et du Yémen, a averti l’Unicef, vendredi.

JPEG - 72.2 ko
Le conflit au Soudan du Sud a empêché les organisations humanitaires d’atteindre les populations ayant le plus besoin d’une aide alimentaire. Photo : Stephen Graham/IRIN

« Il n’y a pas de place pour la complaisance », a déclaré Manuel Fontaine, directeur des programmes d’urgence de l’Unicef. « Alors que la famine a été inversée au Soudan du Sud, la vie de millions d’enfants est encore suspendue à un fil. La crise est loin d’être terminée et nous devons continuer d’élargir notre réponse et insister sur l’accès humanitaire inconditionnel, sinon les progrès réalisés pourraient être rapidement défaits ». 

Dans les quatre pays, la situation demeure préoccupante et le nombre d’enfants en danger de mort imminent reste alarmant, a indiqué l’Unief dans un communiqué de presse.

Il a noté que dans le Nord-est du Nigeria, la violence de Boko Haram continue de contribuer aux déplacements de population à grande échelle, de limiter l’activité du marché et de restreindre les moyens d’existence normaux. Environ 5,2 millions de personnes restent gravement en situation d’insécurité alimentaire, dont 450.000 enfants souffrant d’une malnutrition aiguë sévère cette année. Le début de la saison des pluies compliquera encore la réponse humanitaire, avec la détérioration des conditions des routes et les inondations rendant les populations plus difficiles à atteindre et augmentant le risque de maladies d’origine hydrique.

L’impact des guerres

En Somalie, une population fragile, battue par des décennies de conflit, a été exposée davantage par des conditions prolongées de sécheresse. On estime que 275.000 enfants souffriront d’une malnutrition aiguë sévère en 2017, ce qui les rendrait neuf fois plus susceptibles de mourir de maladies mortelles telles que le choléra, la diarrhée aiguë de l’eau et la rougeole qui se répandent dans le pays.

L’Unicef a déclaré qu’au Soudan du Sud, le nombre de personnes qui luttent pour trouver suffisamment de nourriture chaque jour, est passé à six millions, le plus haut niveau d’insécurité alimentaire jamais connu au Soudan du Sud. Cette année, on estime que près de 276.000 enfants sont gravement malnutris et nécessitent une aide immédiate. La famine s’est atténuée après une augmentation significative de la réponse humanitaire, selon une nouvelle analyse publiée cette semaine, mais la situation reste horrible dans tout le pays.

Et au Yémen, où près de 400.000 enfants sont gravement malnutris, une épidémie de choléra sans précédent, avec plus de 175.000 cas suspects et plus de mille morts à ce jour, a compliqué la réponse humanitaire en cours. Certains des enfants qui sont devenus malades ou qui sont morts du choléra souffraient déjà de malnutrition, ce qui affaiblissait leur système immunitaire. Le système de santé est au bord de l’effondrement, les hôpitaux et les centres de traitement qui s’efforcent de faire face et manquent de médicaments et de fournitures médicales.

La faim est possible dans le pire des cas, au fur et à mesure que le conflit se poursuit « au-delà de ces quatre pays, les crises de l’alimentation, de l’eau et de la santé mettent en danger des centaines de milliers d’enfants dans la Grande Corne de l’Afrique, le bassin du lac Tchad et le Sahel », a déclaré Unicef.

Il a déclaré que cette année, il travaille avec des partenaires pour fournir un traitement thérapeutique et écologique à plus de 314.000 enfants gravement malnutris au Nigeria, plus de 200.000 enfants gravement malnutris au Soudan du Sud, plus de 200.000 enfants gravement malnutris en Somalie et 320 mille enfants au Yémen.

Actions et besoins

« L’Unicef rétablit et équipe également les établissements de santé, tout en développant des canalisations d’approvisionnement médical et nutritionnel et en fournissant de l’eau propre et sûre aux enfants et aux familles vulnérables ».

En Somalie, 1,8 million de personnes ont été atteintes avec de l’eau potable. Et au Nigeria, cette année, plus de 2,6 millions d’habitants seront approvisionnés en eau potable.

« Au Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, l’Unicef a besoin de 251millions de dollars américains pour fournir aux enfants des services alimentaires, de l’eau, de la santé, de l’éducation et de la protection jusqu’à la fin de l’année », a indiqué le communiqué de presse.