Droits humains

La Réunion et Mayotte : expulsions de réfugiés Sri-Lankais et Comoriens condamnées par la communauté internationale

Des décisions de la France nuisent à notre image

Témoignages.re / 12 octobre 2019

L’expulsion de réfugiés sri-lankais arrivés à La Réunion par les autorités françaises, ainsi que la transformation de Mayotte en une forteresse interdite aux autres habitants de l’archipel comorien suscite des critiques au plus haut niveau. C’est ce que montre cet article d’Irwin Roy, publié dans The New Humanitarian, publication émanant d’une structure fondée par l’ONU en 1995, en réaction au génocide au Rwanda.

JPEG - 55.4 ko
Embarquement forcé de Sri-Lankais entourés par des policiers. Certains étaient menottés. (Extrait du journal télévisé de Réunion Première)

« Face au resserrement des frontières en Australie et ailleurs, des centaines de demandeurs d’asile sri-lankais se tournent vers une nouvelle voie de migration s’étendant sur 4 000 kilomètres à travers l’océan Indien.
Depuis janvier 2018, au moins 291 Sri-Lankais sont montés à bord de bateaux de pêche ou de radeaux de fortune pour rejoindre les minuscules territoires français de La Réunion et de Mayotte au large des côtes de Madagascar, a rapporté ce mois-ci l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR.
La majorité des nouveaux arrivants ont été refoulés et déportés avant de demander l’asile, leurs demandes ayant été déclarées « manifestement non fondées », selon des informations communiquées par les autorités françaises. Ainsi, sur 70 réfugiés sri lankais arrivés en février, seuls six ont été autorisés à entrer, bien que tous aient demandé l’asile, a déclaré le gouvernement de La Réunion. Les autres ont été déportés au Sri Lanka en quelques jours.

« Violations sans précédent des droits »

La Cimade, une ONG française qui défend les droits des réfugiés et des migrants, qualifie ces refus rapides de « violations sans précédent des droits ».
« Certaines personnes ont été renvoyées illégalement sans pouvoir faire appel, sans faire examiner leur demande d’asile, sans avoir pu consulter un avocat ou sans être informées de leurs droits », a déclaré le groupe dans un communiqué.
Selon Delon Madavan, un chercheur qui étudie les communautés de diaspora sud-asiatiques du Centre, l’émergence de la route reliant la Réunion et Mayotte au sud-ouest est en partie motivée par la répression des voyages en bateau sri-lankais vers des destinations plus courantes, notamment les nations de l’Asie du Sud-Est et l’Australie. ’Études de l’Inde et de l’Asie du Sud à Paris.
L’Australie empêche les demandeurs d’asile qui arrivent par bateau de se réinstaller dans le pays, même si leurs demandes d’asile sont finalement approuvées. Des milliers de demandeurs d’asile ont été envoyés sur l’île Manus, à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée, où des agences de l’ONU, Médecins sans frontières et d’autres ont documenté une crise de santé mentale parmi les personnes détenues depuis des années. Depuis mai, les autorités australiennes auraient refusé six bateaux transportant des demandeurs d’asile originaires du Sri Lanka.
"De nouvelles routes sont progressivement mises en place vers le sud de l’océan Indien » en raison de la durcissement des lois sur l’immigration et des « conditions de détention sévères », a déclaré Madavan à The New Humanitarian.

Asile à Mayotte : « mission impossible »

Les Sri Lankais sont également attirés par la Réunion, en particulier en raison de la forte population de Tamouls de l’Inde du Sud : « Il existe un réseau potentiel dans ces îles d’accueil, qui pourrait apporter un soutien aux demandeurs d’asile du Sri Lanka », a déclaré Madavan.
Des groupes de défense des droits de l’homme ont critiqué les politiques d’asile dans les territoires d’outre-mer français, notamment à Mayotte, où des personnes originaires des Comores proches, ainsi que des citoyens de la République démocratique du Congo, du Burundi et du Rwanda ont constitué la majorité des demandeurs d’asile l’an dernier.
Dans un rapport publié en 2017, la commission française des droits de l’homme a déclaré que demander l’asile à Mayotte était « une mission impossible » pour les Comoriens en particulier, les nouveaux arrivants étant souvent arrêtés et expulsés avant que les demandes d’asile soient enregistrées.

Sri-Lankais « déportés »

Anafé, une association d’organisations françaises qui travaillent avec les réfugiés et les migrants, a déclaré que les patrouilles frontalières maritimes autour de Mayotte sont devenues un « arsenal quasi militaire, rendant l’accès de plus en plus difficile ».
Les demandes d’asile à La Réunion sont relativement peu nombreuses : seules 18 demandes ont été déposées l’année dernière, selon les statistiques de l’OFPRA.
Toutefois, en vertu de la législation française, les demandeurs d’asile peuvent se voir refuser l’entrée avant de présenter leur demande si leur demande est jugée « manifestement non fondée ».
Dans un cas récent rapporté par les autorités françaises, 34 des 120 Sri-Lankais arrivés à bord d’un navire en ruine à la mi-avril ont été autorisés à demander l’asile. Les autres, dont trois enfants, ont été empêchés de déposer leurs demandes et 60 d’entre eux ont été déportés à la fin du mois, accompagnés de dizaines de policiers et de gendarmes. »