Droits humains

La Réunion : un pays peuplé par des immigrés terre d’accueil de nouveaux réfugiés

Arrivée hier d’un nouveau bateau de réfugiés venant du Sri-Lanka

Manuel Marchal / 27 décembre 2018

Un bateau de pêche transportant 7 Sri-Lankais est arrivé hier à La Réunion. Ils se présentent comme des migrants. Ce n’est pas le premier bateau de ce type en provenance du Sri Lanka arrivé dans notre île en moins d’un an. À chaque fois, ce sont des milliers de kilomètres pour traverser l’océan Indien afin d’espérer atteindre La Réunion.

JPEG - 39.2 ko
Image Réunion Première.

Hier, un bateau de pêche est arrivé à La Réunion après un périple de plusieurs milliers de kilomètres dans l’océan Indien. Il transportait 7 Sri-Lankais se présentant comme des migrants. Sans doute ont-ils dû affronter des conditions de mer difficiles, car un cyclone tropical intense était dans notre région la semaine dernière. C’est la cinquième arrivée de migrants sri-lankais par la mer depuis moins d’un an.
Tout a commencé en février dernier, avec un groupe de 6 Sri-Lankais à la dérive sur un radeau de fortune localisé à quelques encablures des côtes réunionnaises. Ces migrants avaient été abandonnés près de La Réunion par un cargo qui naviguait depuis le Sri-Lanka.

La loi commence à s’appliquer

En septembre, un bateau transportant 90 personnes à destination de La Réunion est intercepté au large des côtes du Sri Lanka. En octobre, 8 Sri-Lankais arrivent au port à bord d’un bateau de pêche, ils sont traités comme des prisonniers et renvoyés quasi-immédiatement par les autorités françaises vers le Sri Lanka en passant par Maurice. Cette procédure suscitera une polémique dans l’île sœur, et obligea les fonctionnaires chargés de l’expulsion d’accompagner leurs prisonniers à destination.
Le 14 décembre, ce sont 62 personnes qui arrivent à La Réunion à bord d’un bateau de pêche. Dans un premier temps, l’État envisage de les ramener rapidement au Sri Lanka comme pour le groupe d’octobre, mais la mobilisation d’associations de défense des droits humains et d’avocats permet le respect de la procédure d’accueil due aux immigrants clandestins, selon la loi. Les Sri-Lankais ont tous déposé une demande d’asile. Dans l’attente de la réponse de l’administration, ils ne sont plus assignés à résidence et peuvent se déplacer librement à La Réunion. Cela leur a permis de participer à une action de solidarité en leur faveur à l’occasion du réveillon de Noël par exemple.

La principale motivation de ces migrants est de trouver à La Réunion une vie meilleure. Ils savent qu’ils peuvent vivre ici à l’abri de tout risque de persécution. Les quelques réactions négatives entendues çà et là restent profondément minoritaires, car les Réunionnais sont tous des descendants d’immigrés. La plupart des ancêtres des Réunionnais ont fait ce voyage de plusieurs jours voire plusieurs semaines, contraints ou volontaires, pour venir amener à La Réunion leur force de travail quand le système de la plantation avait besoin de bras.

La promesse d’un peuple singulier

Malgré une histoire dominée dans sa première moitié par l’esclavage, une société singulière a été créée par un peuple qui s’est peu à peu constitué. Un étranger fraîchement arrivé est fort surpris quand il découvre combien les Réunionnais ont été capable d’intégrer en eux les apports des différentes civilisations qui ont contribué au peuplement de leur pays. C’est une vision unique au monde, qui n’existe pas dans d’autres pays marqués par l’esclavage et la colonisation. Là bas, ce sont des communautés qui coexistent, ici c’est un peuple qui fait ensemble.

C’est pourquoi dans les grandes migrations de ce siècle, La Réunion aura toujours une place particulière dans l’esprit des migrants. Au fur et à mesure que la connaissance de La Réunion se diffusera dans le monde, sans doute les candidats à la migration seront plus nombreux. Il est en effet difficile de croire que l’afflux se limitera à quelques bateaux venant du Sri-Lanka. Il incombe donc aux responsables politiques à préparer les esprits à cette nouvelle page qui s’ouvre dans l’histoire de La Réunion. Cela suppose d’être bien conscient d’être un peuple d’immigrés, afin de pouvoir proposer aux nouveaux arrivants la possibilité de faire partie du peuple réunionnais.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Merci Manu pour ton article. Les migrants Sri-Lankais subissent des propos déplacés de certaines personnes et comme tu le : dit très minoritaires. J’ai accompagné le groupe le 24 décembre (Femmes, Enfants et Hommes) à la Salle Candin et se fut un immense plaisir. Il m’arrive d’échanger un peu avec eux au temple de Saint Denis, et on peut ressentir chez eux une délivrance d’être envie, en bonne santé et surtout une terre qui les accueillent.
    Je remercie aussi Pascale qui se reconnaitra pour sa gentillesse et son aide proposé dès la publication du texte du Swami Advayandajii de l’ashram du Port.
    A l’aube de cette nouvelle année 2019, je formule le Vœux qu’ils puissent retrouver une nouvelle vie de paix et de sérénité autres, ce qu’ils ont connus dans le Nord du Sri Lanka.

    OM !
    Jacky Theseng (Satish).

    Article
    Un message, un commentaire ?