Droits humains

Les mères isolées très touchées par la pauvreté

Etude de l’INSEE sur la précarité des femmes à La Réunion

Témoignages.re / 8 mars 2019

61 % des femmes seules élevant des enfants vivent sous le seuil de pauvreté. C’est le constat dramatique d’une étude de l’INSEE sur la base de données de 2015 à La Réunion :

JPEG - 85.3 ko
Cette étude confirme une situation qui ne s’améliore pas.

« Les femmes vivant seules avec leurs enfants sont plus souvent pauvres : 61 % vivent sous le seuil de pauvreté à La Réunion en 2015, contre 44 % des hommes en familles monoparentales et 34 % des couples avec enfants. Plus le nombre d’enfants est élevé, plus le taux de pauvreté est important : il culmine à 79 % pour les mères seules avec trois enfants ou plus.

En effet, les mères isolées cumulent les facteurs de risques de pauvreté. Leur faible niveau d’études (une sur deux seulement dispose d’un diplôme qualifiant) et la problématique de la garde des enfants constituent des freins à leur insertion professionnelle : seules un tiers sont en emploi.

Le niveau de vie mensuel médian d’une famille monoparentale avec une femme à sa tête atteint 910 euros par unité de consommation, contre 1 130 euros lorsqu’un homme est à sa tête. L’écart de niveau de vie entre sexes est plus fort chez les familles monoparentales composées d’un ou deux enfants que pour celles de trois enfants ou plus. Les prestations sociales (minima sociaux, prestations familiales et prestations logement) constituent une part importante du revenu des mères vivant seules : 29 % pour les mères vivant avec un enfant, 41 % avec deux enfants et 68 % avec trois enfants ou plus. En comparaison, les prestations sociales représentent 11 % des revenus pour un couple avec enfants, et 15 % pour les femmes ou les hommes vivant seul(e)s. Deux tiers des mères isolées perçoivent des minima sociaux, pour un tiers des pères isolés. »