Droits humains

Les pays africains invités à mettre fin aux mariages des enfants

Conférence à Dakar

Témoignages.re / 26 octobre 2017

Le Premier ministre sénégalais, Mouhamed Boun Abdallah Dione, a invité, lundi à Dakar, les pays africains à prendre des mesures urgentes afin de mettre fin aux mariages des enfants, estimant qu’il y va de l’avenir du continent.

JPEG - 30 ko

« Le mariage des enfants est un défi auquel tous les pays africains sont confrontés. Nous devons agir dès à présent, car il est urgent de mettre fin à cette forme de violence contre les enfants », a-t-il déclaré devant la conférence sur le mariage des enfants en Afrique de l’Ouest et du Centre, ouverte lundi pour trois jours dans la capitale sénégalaise.

M. Dione a notamment appelé à un engagement collectif et á l’implication de toutes les composantes de la société pour lutter contre les mariages précoces. « Une action commune et urgente est nécessaire pour trouver les solutions à ce problème. C’est une question qui transcende le sort des filles. Il y va de l’avenir même de notre continent », a estimé le Premier ministre sénégalais.

Selon les organisateurs, le mariage des enfants est devenu un véritable fléau qui touche près de 15 millions de filles dans le monde, notamment en Afrique de l’Ouest et du Centre, deux régions ayant les taux de prévalence les plus élevés en Afrique, et le deuxième au monde. ’Les cinq pays les plus touchés au monde sont, dans cette région, avec des taux de prévalence de 76 pc au Niger, 68 pc en République centrafricaine et au Tchad, 55 pc au Mali et 52 pc en Guinée », indique un communiqué publié quelques jours avant la rencontre. « Si les tendances actuelles se poursuivent, près de la moitié des jeunes filles mariées seront africaines en 2050 », ajoute la même source.

La conférence se déroule en présence des Premières dames du Burkina Faso, Mme Sika Bella Kaboré, et de la Sierra Leone, Mme Sia Nyama Koroma, des représentants de l’Union africaine (UA), du Système des Nations unies, de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et des Pays-Bas, entre autres.

Elle regroupe les représentants des gouvernements des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, des leaders communautaires et religieux, des représentants de la société civile, des jeunes et des représentants des pays donateurs.

Les objectifs sont, entre autres, de créer une dynamique autour du mariage des enfants comme problématique pour l’agenda de développement en Afrique de l’Ouest et du Centre, d’améliorer la compréhension des gouvernements et des autres acteurs et de servir de plate forme pour échanger et apprendre des succès et défis rencontrés dans la mise en œuvre des programmes et politiques pour mettre fin au mariage des enfants.