Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Droits humains

Les Ukrainiens accueillis à bras ouvert par le gouvernement de Grèce, pas les autres réfugiés

Chaud et froid : le traitement réservé par la Grèce aux réfugiés ukrainiens et non ukrainiens -3-

vendredi 19 août 2022


Melissa Pawson Journaliste indépendante du Royaume-Uni écrivant sur la migration, les droits de l’homme et le climat a publié un article dans « The New Humanitarian » dans lequel elle décrit les différences de traitement en Grèce, État de l’Union européenne, entre les réfugiés venus d’Ukraine, bien accueillis, et ceux venant de pays d’Afrique ou d’Asie, la plupart du temps rejetés.


Le fait que les Ukrainiens puissent entrer en Grèce en toute sécurité par des voies légales pour demander une protection est un autre contraste flagrant, selon les défenseurs des droits. Selon Martha Roussou, coordinatrice principale du plaidoyer pour le Comité international de secours en Grèce, les ONG ont passé des années à faire campagne pour accroître ces possibilités pour les réfugiés et les demandeurs d’asile d’autres parties du monde.

Les Ukrainiens n’ont pas besoin de passeurs

« [Les Ukrainiens] n’ont pas eu à compter sur des passeurs ; ils n’ont pas emprunté de voies dangereuses pour se mettre en sécurité, du moins en dehors de l’Ukraine », a-t-elle déclaré.

« Pouvoir venir en Europe en élargissant les voies sûres et légales, et être en mesure de demander une protection, devrait être notre priorité numéro un. »

De nombreux Ukrainiens ont subi des traumatismes liés au conflit dans leur pays, mais ils ont largement « échappé au traumatisme du voyage dont le personnel de santé mentale de l’IRC est témoin sur le terrain… avec d’autres nationalités », a ajouté Roussou.

L’ouverture par l’Europe et la Grèce de routes sûres pour les Ukrainiens devrait être imitée pour les autres nationalités, selon Roussou. « Pouvoir venir en Europe en élargissant les voies sûres et légales, et pouvoir demander une protection, devrait être notre priorité numéro un », a-t-elle déclaré.

Réfugiés d’Afrique et d’Asie soumis à la violence et aux abus

Actuellement, les réfugiés et les demandeurs d’asile n’ont d’autre choix que d’emprunter des itinéraires irréguliers vers l’Europe et sont fréquemment soumis à diverses formes d’exploitation et d’abus physiques et sexuels au cours de leurs voyages, ainsi qu’à la violence et aux abus par les forces de sécurité de l’État aux frontières.

Le voyage en bateau que Parwarneh Afshari, 35 ans, a effectué de la côte turque à l’île grecque de Lesbos en juillet 2017 est un souvenir qui la fait encore pleurer. Afshari a fui la persécution en Iran, mais a déclaré qu’elle n’avait jamais eu aussi peur que cette nuit-là.

Afshari a tenté de renoncer à la traversée lorsqu’elle a vu le petit canot qui était censé la transporter et les dizaines de personnes qui l’attendaient sur la plage en Turquie. Au lieu de la laisser partir, Afshari a déclaré qu’un passeur l’avait menacée avec une arme à feu, disant qu’il la tuerait si elle ne montait pas sur le bateau. « Je ne peux pas expliquer mes sentiments… [J’avais] peur », a-t-elle déclaré.

Afshari a depuis reçu le statut de réfugié en Grèce et a déclaré à The New Humanitarian qu’elle est à l’aise de vivre à Athènes mais qu’elle est toujours en train de traiter ses expériences passées. « Maintenant, je dois pleurer pour ma vie », a-t-elle déclaré.

Traitements différents entre les Ukrainiens et les autres dans les camps de réfugiés

Au-delà du voyage, les conditions d’accueil et d’hébergement des Ukrainiens et des non-Ukrainiens est un autre domaine où il existe une grande divergence de traitement. Près de 17 000 réfugiés vivent actuellement dans des camps grecs, les ONG signalant qu’une infime poignée vient d’Ukraine.

« [La direction du camp] a commencé à nettoyer tout le camp et a commencé à nettoyer les chambres et à réparer les choses si quelque chose était cassé. C’était la première fois [que je voyais ça] », a déclaré Mohammad Shohada, un homme de 32 ans originaire d’Idlib en Syrie, à The New Humanitarian à propos de la réponse de son camp à l’arrivée de réfugiés ukrainiens plus tôt cette année.

Shohada vit dans le camp de Serres près de la ville de Thessalonique, dans le nord de la Grèce, avec son fils de cinq ans depuis 2021. Plusieurs familles ont été déplacées de sa partie du camp vers une autre zone moins entretenue lorsque les Ukrainiens ont commencé à arriver dans le pays, il a dit.

Alors qu’un petit nombre de réfugiés ukrainiens seraient hébergés dans des camps tels que Serres, leur accès à une aide financière ne dépend pas de leur enregistrement dans une structure gouvernementale, comme c’est le cas pour les autres réfugiés. Cela permet à de nombreux Ukrainiens de vivre plus facilement dans des logements locatifs ou avec leur famille et leurs amis.

Shohada, dont la déclaration a été soutenue par une ONG qui a demandé à ne pas être nommée afin de maintenir ses relations avec les autorités grecques, a déclaré qu’il y avait environ 10 familles ukrainiennes dans le camp de Serres, et que ces familles avaient reçu de nouvelles couvertures et des fours, qui n’avaient pas été fournis aux résidents existants.

Malgré le traitement différent, Shohada sympathise toujours avec ceux qui fuient l’Ukraine. « Ce sont toujours des réfugiés », a-t-il dit. « Ils sont toujours en train de perdre leur pays. »


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • En effet, il n’est pas normal une telle discrimination de traitement selon le pays d’origine. Ceux venus d’Ukraine, d’Afrique, d’Asie ou d’autres pays en guerre, doivent être traités de la façon, surtout que beaucoup de pays africains ou asiatiques ont été longtemps colonisés ou dépouillés de leurs ressources naturelles par des pays européens( France ou Belgique par exemple).
    "nous lé pas plus’, nous lé pas moins, respect’ a nous",pourraient dire ces immigrants.

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus