Droits humains

Les vœux du Mouvement réunionnais pour la Paix

Bilan 2019 et perspectives

Témoignages.re / 2 janvier 2020

Dans un communiqué publié ce 31 décembre, le Mouvement réunionnais pour la Paix rappelle les combats menés par les organisations progressistes dans l’optique de faire respecter la résolution de l’ONU décrétant l’océan Indien zone de paix. La militarisation des îles par la France, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l’Inde se poursuivent, ce qui souligne que bien que nos pays soient pacifiques, des grandes puissances continuent d’utiliser les divisions pour imposer leurs intérêts.

JPEG - 120.4 ko
Le Mouvement réunionnais pour la paix a été fondé le 2 juin 2018, lors d’une action de solidarité avec les Chagossiens et les Palestiniens.

« Cher-e-s ami-e-s du Mouvement réunionnais pour la Paix,

L’année 2019 se termine mais les conflits et atrocités de masse perdurent.
Avec l’augmentation spectaculaire de la population mondiale (de 1 milliard en 1800 à plus 7,6 milliards en 2019) les tensions risquent de s’exacerber.
Cependant, les options militaires, soit-disant sécuritaires, des grandes puissances se heurtent de plus en plus aux souhaits des peuples autochtones à vivre en paix chez eux et entre voisins.
En 2019, les pays de la zone de l’Océan Indien ont marqué un tournant dans ce sens :

- Le président de la France, lors de sa venue, en octobre, a annoncé que La Réunion servirait de base de stationnement pour la marine Indienne lors d’entrainements militaires conjoints. Il en a profité pour se rendre sur les îles Glorieuses, sans concertation avec la partie malgache. Cela a soulevé l’indignation à Madagascar si bien que le président malgache a appelé, le 11 décembre dernier, à “l’unité nationale”pour “défendre leur souveraineté”. Notre Mouvement a aussi réagi par voix de presse.

- Aux Seychelles, nos amis de “Préserve Seychelles” restent vigilants quant à l’installation d’une base militaire indienne sur l’île Assomption, à proximité d’un espace naturel protégé.

- À Agaléga, de plus en plus de voix s’élèvent et protestent contre les travaux militaires Indiens qui occupent déjà la moitié de l’île.

- Plusieurs actions d’envergure du Groupe Réfugiés des Chagos ont été couronnées de succès dont l’inscription du Séga Chagossien au patrimoine mondial de l’UNESCO et l’avis positif du Tribunal International de la Haye sommant la Grande-Bretagne de se retirer de l’archipel des Chagos. La GB ne s’est pas exécutée mais le chemin parcouru est immense.

Le cas des Chagos est significatif de l’attitude des grandes puissances qui se moquent des droits humains et des drames causés par leurs politiques sécuritaire, militariste et expansionniste.
Ici, comme ailleurs, nous sommes solidaires des peuples qui se battent pour défendre leurs droits. Toutes ces tensions ne sont pas utiles et doivent cesser.

Un nouveau modèle basé sur le respect des peuples et de l’environnement, sur le partage et l’égalité, est à inventer. L’ONU a depuis longtemps appelé à « la responsabilité partagée des citoyens de prendre soin les uns des autres », à faire preuve de solidarité, mais aussi à modifier nos modes de vie. En 2019, l’ONU a lié le combat pour la Paix et à celui pour le Climat. Selon son démographe, Gilles Pison, « à long terme, la survie de l’espèce humaine dépend davantage de la façon dont les hommes vivront que de leur nombre. Le défi est de convaincre les pays émergents d’adopter des réflexes écologiques ».

Cette année, nous avons participé ensemble à plusieurs actions en faveur de la Paix et du respect des droits humains. Notre solidarité a notamment permis aux Chagossiens de se rendre à la conférence des droits des peuples autochtones au Portugal, afin d’y exposer leur dramatique histoire.
L’année prochaine d’autres actions seront menées par notre mouvement et vous y serez associés.

Pour l’heure, tous les membres du bureau du
Mouvement Réunionnais Pour La Paix
vous souhaitent de passer de bonnes fêtes du nouvel An,
une très belle année 2020
et préparez vous à la lutte !

Le Mouvement Réunionnais
Pour La Paix. »