Droits humains

Lutte contre le racisme : un combat quotidien à La Réunion

Rassemblement à l’appel de la Ligue des Droits de l’homme

Manuel Marchal / 20 février 2019

A l’appel de la Ligue des droits de l’homme, un rassemblement contre l’antisémitisme et le racisme a été organisé hier soir à Champ Fleury. La diversité des participants a rappelé que cette cause rassemble. Le PCR était représenté par plusieurs de ses dirigeants et militants, dans une délégation conduite par son secrétaire général, Maurice Gironcel.

JPEG - 109.1 ko
Sur cette photo de participants, on reconnaît notamment Christian Balou et Gilles Leperlier (membres du comité central du PCR) et Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR.

Samedi dernier à Paris, en marge d’une manifestation de gilets jaunes, Alain Finkelkraut a été agressé verbalement par quelques individus qui ont mis en avant ses convictions religieuses. Cet acte antisémite a provoqué une vive émotion en France, avec des appels à des rassemblements contre l’antisémitisme et toutes les autres formes de racisme. A La Réunion, la Ligue des droits de l’Homme a donné un écho à cette initiative en organisant une manifestation de ce type sur le parvis des Droits de l’Homme à Champ-Fleury.

Des Réunionnais de toutes origines et de diverses tendances politiques et religieuses ont répondu à cet appel. Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, était présent. La délégation du Parti communiste réunionnais comptait notamment dans ses rangs Gilles Leperlier, Julie Pontalba, candidate aux élections européennes et d’autres membres du Comité central dont Alain Gravina, secrétaire de la Section PCR de Saint-Denis. Cette présence a rappelé que la lutte contre le racisme est un combat mené depuis sa création par le Parti communiste réunionnais.

Le Groupe de dialogue inter-religieux a également manifesté son soutien à l’initiative au travers de la présence de son président Idriss Issop-Banian, et de l’évêque de La Réunion, Mgr Aubry.

Le devoir d’accueillir

Le rassemblement s’est composé d’un texte lu par la vice-présidente de la Section de La Réunion de Ligue des droits de l’Homme, puis d’une minute de silence en hommage aux victimes du racisme et de toutes les formes de discriminations dans le monde qui a conclu la manifestation.

Dans son discours, la Ligue des droits de l’Homme a tout d’abord alerté sur le risque de résurgence de l’antisémitisme. Puis elle a rappelé que notre île n’était pas épargné par le racisme. La Ligue des droits de l’Homme a appelé à condamner les propos racistes visant les réfugiés sri-lankais qui arrivent depuis plusieurs mois dans notre île par groupes de quelques dizaines. Les écrits xénophobes diffusés sur Internet sont à l’opposé des valeurs de la démocratie. Au contraire, le devoir d’un tel système politique, c’est d’accueillir dignement toutes les personnes qui sont à la recherche d’une vie meilleure en raison des discriminations qu’elles subissent dans leur pays d’origine.

En aparté, un participant au rassemblement a également déploré qu’une élue de la République puisse tenir ouvertement des propos racistes devant le chef de l’État sans être poursuivie en justice. Il a ainsi amèrement constaté que lors du Grand débat national à l’Élysée avec les maires de l’Outre-mer, la maire d’une commune de Mayotte a comparé en substance les autres habitants de l’archipel des Comores à des sargasses et à du chlordécone, en affirmant que l’immigration clandestine à Mayotte était pire que ces deux pollutions. Une insulte raciste qui n’a pas suscité ce jour-là à l’Élysée de condamnation solennelle, rappelant que le racisme n’est pas une opinion mais un délit.

Combat difficile

Malheureusement, des Réunionnais se rendent eux aussi coupables de propos racistes à l’égard de personnes venant de notre région ou de plus loin, et qui souhaitent trouver dans notre île de meilleures conditions de vie que dans leur pays d’origine. Et comme l’a souligné la Ligue des droits de l’Homme, les nouvelles technologies peuvent donner les moyens à ces délinquants d’agir sans prendre de risque en se réfugiant derrière le relatif anonymat de l’Internet.
Le rassemblement d’hier a rappelé que le maintien d’un certain vivre ensemble à La Réunion reste un combat quotidien. Fort heureusement, il ne manque pas de militants pour le mener à bien.

M.M.