Droits humains

Mouvement Réunionnais pour la Paix : la déclaration du Pape François est « un grand progrès pour le camp de la paix »

Communiqué du Mouvement Réunionnais Pour La Paix suite à la visite du Pape François au Japon

Julie Pontalba / 27 novembre 2019

Dans un communiqué, le Mouvement Réunionnais pour la paix salue la déclaration du Pape François au Japon, son opposition résolue aux armes de destruction massive est qualifiée de « rupture totale avec la pensée jusque-là répandue de la dissuasion par l’armement ».

JPEG - 60.2 ko
Julie Pontalba, présidente du Mouvement Réunionnais pour la Paix.

Au Japon, le Pape François a dénoncé la possession et l’utilisation de l’arme nucléaire. Il a dit ses préoccupations devant l’exploitation du nucléaire pour produire de l’électricité. La radioactivité fait peser un immense danger sur l’humanité et le Japon en est une illustration.

En août 1945, les États-Unis ont fait exploser 2 bombes atomiques sur les villes de Nagasaki et Hiroshima. Les conséquences effroyables de ce crime de destruction massive perdurent encore. En 2011, le pays a vécu la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima, suite à un tremblement de terre qui a provoqué un tsunami. Le Pape appelle à mettre fin à l’utilisation du nucléaire, civile et militaire, en pensant aux générations futures.

Pour la première fois, un pape annonce que la possession des armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive “n’est pas la réponse appropriée” à la stabilité et au maintien de la paix dans le monde. C’est une rupture totale avec la pensée jusque-là répandue de la dissuasion par l’armement. Il a affirmé que « Notre monde vit la perverse dichotomie de vouloir défendre et garantir la stabilité et la paix sur la base d’une fausse sécurité soutenue par une mentalité de crainte et de méfiance qui finit par envenimer les relations entre les peuples et empêcher tout dialogue ».

Le Mouvement Réunionnais pour la Paix salue cette nouvelle prise de position courageuse du chef de l’Église en faveur de la paix.
Dans un courrier envoyé à l’ONU le 18 décembre 2018 et co-signé par les membres du Groupe Préserve Seychelles, nous avons écrit : “La Paix n’a pas besoin de base militaire”, encore moins d’armes nucléaires et de flottes atomiques. Nous dénoncions alors le projet de militariser l’île Seychelloise d’Assomption.

De la même manière, Le Mouvement Réunionnais pour la Paix regrette les travaux de destruction de l’île Agaléga dont l’objectif est d’implanter une base militaire.
Enfin, il est primordial de soutenir le peuple chagossien qui a été expulsé de sa terre natale, il y a un demi-siècle, pour la construction de la base militaire américaine sur l’île de Diego-Garcia. Lors de son voyage dans notre zone, en septembre dernier, le Pape avait encouragé les Chagossiens dans leur lutte. Il les avait déjà reçus au Vatican en avril 2017.

Le Comité spécial de l’Océan Indien (ONU), créé à la suite du vote de la résolution 2832 faisant de l’Océan Indien une zone de paix, doit se réunir dans les prochains mois. Nous espérons qu’il prendra en compte les multiples interventions du Pape, les manifestations des Chagossiens, des Seychellois, des Mauriciens et des Réunionnais, pour exiger le désarmement complet de l’Océan Indien afin d’en faire réellement une Zone de Paix.

Pour le Mouvement Réunionnais Pour La Paix,
Julie Pontalba