Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Droits humains

Protection de l’enfance : Comprendre pour agir

Formation pour les personnels de la SPL Oser pour l’Éducation de Saint-Denis

jeudi 25 novembre 2021


Ce 24 novembre, la ville de Saint-Denis, la SPL Oser pour l’Éducation et le Conseil Départemental de l’accès au droit ont organisé à l’occasion de la journée des droits des enfants une séquence de formation pour les personnels de la SPL qui encadrent des jeunes sur le temps périscolaire.


Au cœur de son projet autour de l’école du bonheur, la ville de Saint-Denis fait de la protection des enfants une de ses priorités. Ville amie des enfants pour l’UNICEF, la ville de Saint-Denis œuvre concrètement dans les quartiers, notamment sur les temps périscolaires.

Former les personnels est une priorité car ils encadrent ces moments de vie et peuvent être confrontés à des situations ou des témoignages relevant de la lutte contre les violences, notamment sexuelles, sur les mineurs, ainsi qu’au harcèlement en ligne.

Les agents ont également été sensibilisés sur le fonctionnement des institutions judiciaires et de protection de l’enfance. Informés des différentes procédures, depuis le signalement d’un acte délictueux jusqu’à la décision de justice, les agents peuvent renseigner les enfants victimes et leurs familles des démarches à suivre. La Ville de Saint-Denis s’inscrit pleinement dans cette action collective.

Cette session est une première qui en appelle d’autres. La ville et son personnel feront preuve d’une vigilance accrue pour que cessent ces atteintes sur nos enfants. Il n’y a pas d’école du bonheur et de cité apaisée si les droits de l’enfant sont bafoués.

En matière de protection des enfants, la vigilance doit être la norme. Il faut savoir entendre et pouvoir répondre rapidement à une situation de souffrance. En formant, nos collaborateurs, nous créons une ligne de vigies supplémentaires dans ce combat de chaque instant.

Pour rappel, à La Réunion, 4.000 enfants, seraient victimes de violences sexuelles à l’intérieur de la cellule familiale et il y aurait entre deux et trois enfants par classe victimes d’inceste.




Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus