Droits humains

« Que les Palestiniens sachent qu’ils sont nos frères ! »

Numéro spécial Solidarité Palestine

Manuel Marchal / 3 juillet 2020

Entre les Réunionnais et les Palestiniens en lutte contre la colonisation de leur pays, une solidarité s’est créée pour revendiquer la fin d’un régime d’oppression qui conduit deux peuples à s’entredéchirer.

PDF - 1.1 Mo

Ce 1er juillet à l’appel du Mouvement réunionnais pour la Paix a eu lieu un rassemblement de solidarité avec le peuple palestinien. Cette initiative s’inscrivait dans une campagne mondiale contre la décision du gouvernement de l’État d’Israël d’annexer la Cisjordanie. Au cours de ce rassemblement, les interventions ont montré que la cause du peuple palestinien dépasse les clivages politiques et les différences de religion à La Réunion. C’est le signe d’une solidarité à laquelle le PCR a apporté sa contribution.
Lors de sa création en 1959, le PCR a pour objectif de libérer le peuple réunionnais du joug colonial qui persiste 13 ans après l’abolition de ce régime. Au moment de la création du PCR, le monde connaît sa grande vague de décolonisation. Les communistes réunionnais ont alors aussitôt réaffirmé leur solidarité avec les peuples en lutte. Les feux des projecteurs étaient alors tournés vers l’Algérie puis le Vietnam.
Mais à contre-courant de ce mouvement, un peuple subissait la colonisation de son pays. La Palestine était devenue une colonie de peuplement pour des émigrés essentiellement d’origine occidentale. Le PCR prit naturellement parti pour la cause palestinienne.

Roland Robert rencontre Yasser Arafat en Palestine

Un des actes majeurs de cette solidarité fut la rencontre entre Roland Robert alors maire de La Possession et Yasser Arafat, dirigeant de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). En 2002, Roland Robert faisait partie d’une délégation des Cités-Unies qui fit une mission en Israël et dans les Territoires occupés. Il put alors décrire les inégalités entre Israéliens ayant un niveau de vie comparable à celui des Européens, et les Palestiniens devant se contenter de 2 dollars par jour en moyenne.
La rencontre entre Roland Robert et Yasser Arafat eut lieu le 9 mars 2002, au lendemain de la journée la plus meurtrière depuis 20 ans dans le pays : 53 morts et 150 blessés. Après avoir mis deux heures pour faire 30 kilomètres et traversé plusieurs barrages de l’armée israélienne, Roland Robert fut accueilli à Ramallah, dans la résidence du président de l’Autorité palestinienne mise en état de siège par l’armée d’occupation : « Il nous a dit qu’on lui avait interdit le même jour de rencontrer une délégation israélienne et une autre, américaine, et il a expliqué les opérations israéliennes en cours en les désignant du nom de "Enfer-boule de neige" », expliqua Roland Robert.

Un des vestiges de la colonisation

Un autre événement marquant fut le rassemblement contre les massacres perpétués par l’armée israélienne à Gaza en 2014. Ce fut l’occasion pour Paul Vergès de souligner la responsabilité des puissances occidentales dans la crise, et d’appeler à l’action dans la perspective d’une visite prochaine du président de la République : « Dans une quinzaine de jours nous allons avoir à La Réunion la visite d’un président complice de ce qui se passe à Gaza. J’appelle les associations organisatrices, les parlementaires, tous les élus, à lui adresser un courrier pour exiger que la France intervienne concrètement afin de faire cesser le massacre à Gaza », a-t-il déclaré. Il a aussi réclamé « le boycott immédiat de tous les produits en provenance d’Israël ».
Ce fut encore à la suite d’une nouvelle opération meurtrière de l’armée israélienne qu’eut lieu un rassemblement le 2 juin 2018 en présence d’Olivier Bancoult, dirigeant du Groupe Réfugiés Chagos. Cette manifestation visait également à soutenir le combat des Chagossiens, victimes de la colonisation de leur pays avec interdiction d’y vivre. Elle déboucha sur la création du Mouvement réunionnais pour la Paix.
Alors que la puissance militaire d’Israël continue de dicter sa loi en Palestine, la solidarité des Réunionnais avec les Palestiniens s’inscrit dans une lutte mondiale pour faire tomber un des derniers vestiges de la colonisation. Et comme en Afrique du Sud, cette cause ne pourra que triompher.

M.M.